Tous droits réservés © Le Pigeon Dissident inc. 2019

Le décalogue de la Faculté de droit

 

 

Bienvenue à toi, l’université peut paraître aussi impressionnante que les innovations du Café Acquis de Droit, ton nouvel endroit pour flâner entre les cours, et déjà, des règlements apparaissent. Que tu les suives religieusement ou non, on n’en fera pas un projet de loi, alors ne t’inquiète pas.

 

  1. Tu accompliras ce qui doit être accompli.

 

Sous des airs solennels, ce premier commandement t’octroie déjà des devoirs. Pourtant, ne te méprends pas, à chacun son rythme, sa vitesse et son bolide sur un chemin parsemé de nids-de-poule immenses comme le lac Memphrémagog. Que tu te rendes à la destination prévue, que tu te retrouves à dépasser le point d’arrivée pour visiter des contrées encore sauvages, que tu réalises que tu as pris la mauvaise autoroute ou que tu retournes sur tes pas, sois en paix avec toi-même. Il n’y a rien de plus désagréable qu’un long trajet parcouru avec un moteur défectueux, un médiocre carburant et de l’acouphène dans les oreilles.

 

  1. Tu entendras l’autre côté afin de minimiser tes préjudices. #AudiAlteramPartem

 

L’autre côté se réfère à ton subconscient, ta conscience morale ou la partie adverse. En outre, note l’emploi du pluriel concernant le terme « préjudice ». À l’image du législateur ou selon les sages paroles de parents fatigués de/par leur moulin à paroles, on ne parle pas pour ne rien dire. Sur ce, prends soin de toi. Écoute attentivement tes besoins. Que tu aies besoin de tes huit heures de sommeil pour fonctionner activement ou bien encore de deux trentas d’espresso, respecte tes limites et celles des autres. À quoi bon faire une nuit blanche si tu sais très bien que tu seras dans la moyenne en droit pénal, laquelle sera de 73 %, parole de professeur.e agrégé.e. Si tu ressens l’envie de décompresser lors d’un party-commandite des Law Games, pardon Jeux’ridiques, vas-y. #AudiAlteramPARTY (un grand merci à Sofia Panaccio pour cet excellent jeu de mots).

 

  1. Tu partageras tes notes avec tes ami.e.s et autres si tu te sens à l’aise

 

Franchement, ne sois pas un rat avide de son fromage. Si tu crois vraiment à la stratégie Royale, tu t’enligneras pour de dures années solitaires et sûrement de crises de nerfs. De plus, l’esprit collaboratif est une qualité recherchée auprès de tes futur.e.s maîtres de stage. Qui sait, il est fort probable que tu doives manquer un cours de trois heures. Tiens-tu réellement à te retaper ces trois heures, alors qu’elles pourraient être utilisées plus efficacement ?

                                                                                        

  1. Tu surveilleras ta consommation.

 

Il est bien connu qu’en fin de session, chaque étudiant.e en droit abat une forêt de taille moyenne. À la manière d’un apporte-ton-vin, l’AED te permet d’imprimer 500 de tes propres pages gratuitement par session en utilisant les imprimantes de la bibliothèque. Si jamais tu es du type à écrire verbatim, tu risques fort bien d’atteindre la limite. Dans le cas contraire où tu notes seulement les grandes notions, bravo pour ton geste écologique, mais dis-toi qu’il te manque sûrement une information bancale qui pourrait te valoir un gros zéro à un « Vrai ou faux ? Motivez. ». Enfin, tout est relatif. Ou presque. Au pis aller, si tu respectes la règle #3, tes ami.e.s pourront probablement te sauver la mise in extremis. D’ailleurs, pratique ton latin, car dura lex, sed lex. Recycle tes notes de cours. Tu en auras besoin.

 

  1. Tu feras tes lectures obligatoires, du moins tu comprendras tes résumés SOQUIJ.

 

Il y a des gens qui ne lisent aucunement leur jurisprudence ni leur doctrine et d’autres pour qui la lecture est un élément essentiel de leur apprentissage. Veux-tu vraiment savoir à quelle catégorie tu appartiens la veille de ton examen final pour Intro au droit  ? Petite astuce, lire tout ce qui est obligatoire, puis ensuite se concentrer sur les résumés SOQUIJ pour l’examen est une idée FANTASTIQUE. Sérieusement, les intras sont de véritables marathons contre le temps.  

 

  1. Tu élargiras ton indexation de compétences.

 

Ta faculté t’offre plusieurs opportunités pour t’investir dans une relation autant monogame que polygame qui carbure à la passion. De toute façon, en présupposant que tu n’as subi point de torture au sens de l’article 269.1 C.cr., ce qui est p-r-o-h-i-b-é (v. art. 12 Charte canadienne des droits et libertés), ton trop-plein d’enthousiasme manipulera ta main aisément durant le rallye des comités. La semaine suivante, tu auras sans doute oublié ton inscription au Club JurisprudINTENSE & Tricot. Néanmoins, implique-toi. Et toujours pour les bonnes raisons hypocrites, on s’entend.

 

  1. Tu respecteras l’éthique du temple du savoir (i.e. la bibliothèque).

 

Nous sommes tous et toutes coupables d’avoir regardé Netflix à un certain moment plutôt que de préparer des micro-fiches pour nos intras. Encore là, il y a place à la tolérance. Tu faufiles un zhatar aux épinards ? Aucun problème, en droit, il faut savoir calculer les risques. Ce qui est inacceptable, c’est prendre une place au soleil avec une prise électrique, déposer son sac à dos, ses recueils de jurisprudence et partir se reposer à l’espace Stikeman. Si tu t’es procuré la dernière collection de surligneurs pastel, n’ose même pas te demander pourquoi tu ne les trouves plus après ta pause d’étude de trois heures. Prépare-toi à une lutte légendaire mettant en vedette ton droit de propriété contre mon acquisition par prescription (v. art. 939 C.c.Q.).

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

mcmillan.PNG

Vous voulez être

COMMANDITAIRES

du Pigeon Dissident?

Capture d’écran 2018-09-27 à 09.18.15.pn
Logo Coop.PNG