Tous droits réservés © Le Pigeon Dissident inc. 2019

La Clinique juridique PROFIL, qu’est-ce que ça mange en hiver?

 

Dans le cadre d’un entretien exclusif, Me Nathalia Parra, directrice adjointe de la Clinique, Félix Gauthier, étudiant en droit à la Clinique, et Me Karine Delvolvé, codirectrice de la Clinique, ont voulu partager un aperçu de cet organisme qui vient en aide aux professionnels immigrants qui désirent intégrer un ordre professionnel ou un métier réglementé au Québec.

 

Pour une personne qui ne connait pas la Clinique juridique PROFIL, qu’est-ce que c’est ?

 

La Clinique PROFIL a une double vocation. Sa première mission est d’informer les professionnels immigrants, gratuitement, sur le cheminement qu’ils devront faire pour intégrer un ordre professionnel au Québec ou encore un corps de métier réglementé, mais également sur leurs droits. Ce service est accessible à tous les immigrants, peu importe leur pays d’origine. Sa seconde vocation est une mission pédagogique, l’objectif étant de préparer des étudiants en droit à leur arrivée sur le marché du travail. Pour se faire, un ou une étudiante en droit doit s’inscrire à ce cours de formation pratique qui lui est crédité. Cet étudiant se verra offrir une formation pratique complète où le « service client » est à la base de son engagement. Il agira directement avec « un client », sous la supervision d’une avocate et chargée de cours.

 

Pourquoi avoir créé une telle Clinique ?

 

La Clinique a été fondée en 2016 à l’initiative de la vice-doyenne de la Faculté, Me France Houle et de Me Karine Delvolvé, elle-même juriste professionnelle immigrante. « Pour vous démontrer à partir d’un exemple concret les besoins en la matière, pensons simplement aux médecins, ingénieurs, aux enseignants, etc., ici au Québec : nous sommes en situation de pénurie de main-d’œuvre, mais encore beaucoup de professionnels immigrants ne savent pas où ou alors comment se renseigner dans un univers professionnel qui leur est totalement nouveau et inconnu. Nous avons donc voulu offrir aux immigrants professionnels une aide complète avant, pendant et après leur processus de qualification pour faciliter leur intégration ici, au Québec, pour que ceux-ci trouvent un emploi et s’intègrent plus rapidement à leur société d’accueil ».

 

Que ce soit pour les aider à bien rassembler et constituer leur dossier, pour les aider dans le processus administratif (et son lot de formulaires) ou encore pour les informer en les outillant sur leurs droits fondamentaux pour que ceux-ci sachent reconnaitre une possible situation de discrimination à leur égard, la Clinique se veut donc un repère pour des personnes se retrouvant devant une culture qui est totalement différente de la leur, avec ses institutions, ses procédés et ses codes qui peuvent parfois donner le vertige.

 

Comment est perçu le processus de reconnaissance des qualifications pour un immigrant professionnel ?

 

Même si les sites internet des organismes publics (du gouvernement ou des ordres professionnels, par exemple) permettent globalement d’obtenir toute l’information nécessaire, un site internet ne peut pas répondre aux questions d’une personne qui ne connait pas les « codes » du milieu du travail québécois. Même si une information est accessible, cela ne veut pas dire qu’elle est nécessairement comprise! Parfois, et comme chaque cas d’immigration est unique étant donné sa nature même, il se peut qu’une personne immigrante ne soit pas outillée pour comprendre la signification d’une procédure, d’un formulaire ou encore d’une étape du processus. La Clinique est donc là pour répondre aux questions des immigrants professionnels dans ce genre de situation.

 

En mars dernier a eu lieu la toute première Clinique juridique itinérante. De quoi s’agissait-il ?

 

Cette initiative vient d’un constat : comme les immigrants au Québec se concentrent beaucoup dans la région de Montréal, les services d’immigration (qu’ils soient gouvernementaux ou communautaires) se retrouvent essentiellement au sein de la métropole. Nous avons donc décidé d’organiser, à Terrebonne, la première Clinique juridique pour les immigrants professionnels en région. En partenariat avec AMINATE, un organisme communautaire de la région (qui nous a prêté ses locaux pour l’occasion), plusieurs étudiants en droit ainsi que des membres de la Clinique juridique PROFIL se sont déplacés à deux reprises pour venir rencontrer les immigrants de la région et pour répondre à leurs questions.

 

Ce fut une très belle initiative pour améliorer l’accès à la justice, puisque plusieurs personnes immigrantes n’ont pas nécessairement les moyens ou le temps pour se déplacer et venir directement à la Clinique, qui se situe à l’Université.

 

Quelles ont été vos plus grandes surprises lors de cette activité ?

 

Nous avons été surpris de voir à quel point beaucoup d’immigrants à l’extérieur de Montréal avaient besoin d’aide. Nous ne sommes plus à une époque où la quasi-totalité des immigrants est à Montréal.  Même si nous avons toujours offert nos services d’information par l’entremise du réseau social Skype, rien ne vaut le contact humain, et l’engouement pour notre première Clinique juridique itinérante nous l’a prouvé.

 

Qu’est-ce que les étudiants en droit ont été amenés à faire lors de cette expérience ?

 

Ils ont tout d’abord rencontré pour une première fois des clients. Ces rencontres ont eu lieu durant une journée complète. À ces occasions, les étudiants ont pu cerner les problèmes de chaque immigrant et sont repartis faire des recherches pendant une semaine. La semaine suivante, les étudiants sont revenus sur place dans les locaux de l’organisme AMINATE et ont rencontré pour une seconde fois leurs clients. Ils leur ont donné à ce moment de l’information juridique relative à leur situation et nécessaire à leur progression en matière d’intégration professionnelle.

 

En terminant, trouvez-vous que la société québécoise se dirige dans la bonne direction en ce qui a trait à la reconnaissance et à la valorisation des qualifications professionnelles des personnes immigrantes?

 

Il y a une prise de conscience évidente depuis les dernières années et surtout, une volonté d’aller de l’avant. Lorsqu’on les compare avec d’autres modèles d’immigration dans le monde, le Canada et le Québec sont choyés. Or, les ressources manquent. Il serait bien que le Québec se donne les moyens de ses ambitions, puisqu’il n’a pas le luxe de laisser ces immigrants qui veulent s’intégrer sur le côté de la route!

 

Et, évidemment, la Clinique n’attend que vous pour continuer à changer les choses!

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

mcmillan.PNG

Vous voulez être

COMMANDITAIRES

du Pigeon Dissident?

Capture d’écran 2018-09-27 à 09.18.15.pn
Logo Coop.PNG