Tous droits réservés © Le Pigeon Dissident inc. 2019

DEHORS, LA PETITE POLITIQUE!

 

Cette année, nous avons fait un pacte : le temps d'une soirée, Alexis emmène Cedric chez les péquistes et Cedric trimbale Alexis chez les libéraux. Poignée de main. Échange de consentements. 1386 C.c.Q.

 

Le Parti Québécois et le Parti libéral du Québec : deux institutions politiques pour lesquelles nous avons beaucoup d’affection, mais aussi deux partis en pleine reconstruction.

Nous voulions voir, sur le terrain, si nos opinions respectives sur le parti adverse reflétaient la réalité. Devinez la réponse.

 

L'expérience de Cedric : Avant-veille électorale avec le Comité national des jeunes du Parti québécois (CNJPQ) au Théâtre Fairmount

 

En chemin vers l’évènement du CNJPQ, je me remémorais mes idées préconçues sur le Parti Québécois. En premier lieu, en raison de la qualification de « parti d’une seule génération » qui est souvent portée à l’égard du PQ, je ne m’attendais pas à y voir beaucoup de jeunes. Par ailleurs, étant donné les faibles résultats du PQ dans les sondages d’intentions durant le mois de septembre, je ne m’attendais pas à une soirée très animée non plus.

 

À peine arrivé au Fairmount, j’ai été stupéfait de constater à quel point mes croyances étaient infondées. Non seulement la salle du Théâtre était bondée de milléniaux, mais il y régnait aussi une ambiance enjouée, électrique. Les discours de Jean-François Lisée, de Véronique Hivon et des membres du CNJPQ furent tous accueillis par des tonnerres d’applaudissements.

 

 

Entouré de fiers souverainistes, je me suis ouvertement présenté comme un étudiant en droit, comme un membre de la Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec, mais surtout comme un amoureux du Québec.

 

L’accueil que j’ai reçu de la part des militants du PQ fut chaleureux. Par ailleurs, nos discussions furent respectueuses et enrichissantes. Au final, j'ai bien apprécié ma soirée et je pense qu'Alexis n'a pas eu trop honte de moi.

 

L'expérience d'Alexis : 4 à 7 des jeunes libéraux de l'Université de Montréal avec Marwah Rizqy au Saint-Houblon Côte-des-Neiges

 

La première personne à m'accueillir est Marwah Rizqy elle-même. Celle-ci m'enlace, me met papier et stylo en main, puis m'invite à écrire un rêve que j'ai pour le Québec. Au fond du bar, il y a un « mur des ambitions » parsemé de post-its. Je comprends le principe. Au début, mon rêve me vient naturellement : l'indépendance. Puis je me dis : « Alexis, tu es en visite chez les libéraux, ne crée pas de malaise s’il te plaît ». Alors je me mets à réfléchir à autre chose. Mais ça ne me vient pas… Pour m'inspirer, je lis les idées déjà collées sur le « mur des ambitions » : gratuité scolaire, lutte contre la pauvreté, Montréal-Québec en 45 minutes (lol), etc. Puis, j'ai un flash : « Pour la fierté de parler français partout à Montréal et au Québec ».

 

Aussitôt collée au mur, aussitôt regrettée. « Franchement, Alexis, qu'est-ce que tu fais là à mettre une idée nationaliste ?! », me dis-je. Je me console en me disant que tout cela est anonyme et je vais me mêler aux autres pour oublier ça. Qu'au pire, ça va juste être drôle de voir la réaction des autres. Heureusement, Cedric arrive à ce moment. Y’était temps, bro !

 

Plus tard, les discours sont prononcés, les photos sont prises. Marwah Rizqy prend la parole. Elle lit quelques rêves du mur : « gratuité scolaire », « meilleure utilisation de notre eau », puis vient le mien. Il le fallait ! Mais pas comme je l'appréhendais.

 

Elle dit quelque chose comme : « Le dernier, c'est mon préféré et pour moi le plus important. Pour la fierté de parler français partout à Montréal et au Québec. » Hein ? Et ce n'est pas fini. La députée improvise une allocution foncièrement nationaliste sur l'importance de protéger notre belle langue en Amérique du Nord. Le genre de discours dont je me serais attendu d'un péquiste, mais pas d'une libérale ! Tout sourire, je n'en crois pas mes oreilles.

 

Plus tard viennent des discussions passionnantes avec plusieurs jeunes libéraux. Certains de la Fac, certains d'ailleurs, mais tous quelque chose comme fiers d'être Québécois, eux aussi. Ma soirée se termine et je rentre chez moi, 3-4 amis Facebook en plus et de beaux préjugés foutus aux vidanges.

 

Réflexions sur l'expérience

 

Le Parti libéral du Québec et le Parti Québécois : deux grandes institutions politiques québécoises. À travers les idées qu’elles véhiculent et les politiques qu’elles ont mises en place depuis le début de la Révolution Tranquille, ces deux formations ont grandement contribué au façonnement du Québec moderne. Quiconque prétend l'inverse nous trouvera sur son chemin.

 

Ces partis ont également alimenté l’un des débats les plus fondamentaux de notre histoire. Malgré qu’elle ait été carrément écartée pendant la dernière campagne électorale, la question nationale est vouée, tôt ou tard, à redevenir un enjeu d’envergure au Québec. De par sa nature distincte dans la société canadienne, la nation québécoise continuera à s’interroger sur sa place dans le Canada et ce, comme elle le fait depuis plusieurs décennies.

 

Bien que chaque parti ait une position qui lui soit propre sur l’ensemble des enjeux, il est important de noter que les principes de protection de l'environnement, de laïcité, de protection des droits des minorités, d’égalité des chances et de la défense de la langue française sont présents dans les plateformes des quatre grandes factions politiques québécoises. Donnons-nous de la compassion, du respect et permettons-nous de rêver collectivement. Il y a beaucoup plus de choses qui nous rassemblent que l'on pourrait être porté à le croire !

 

Alors que de nombreux pays d’Europe et d’Amérique latine sont aux prises avec des partis d’extrême-droite et d’extrême-gauche, comptons-nous chanceux de vivre dans une société qui n’est pas aveuglée par les extrêmes dans ses choix politiques et où la vaste majorité des enjeux existentiels sur lesquels elle est invitée à se prononcer font consensus.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Vous voulez être

COMMANDITAIRES

du Pigeon Dissident?

Golwater dubé