Tous droits réservés © Le Pigeon Dissident inc. 2019

Héros de Disney a contrario

Pourquoi s’engage-t-on personnellement dans la poursuite d’un objectif sociétal ou dans le support d’une cause qui est plus grande que nous? On peut le faire, car on croit à la cause et l'on y a intégré ses valeurs. On peut y être contraint, physiquement ou émotionnellement. On peut le faire en quête d’accomplissement personnel. Il en existe d’autres, évidemment.

 

Quelle que soit la motivation, l’une des plus grandes richesses de notre société est l’engagement social, tant aux plans sociaux et économiques. Il est d’importance vitale, car les sphères distinctes de la société sont toutes entrelacées. Oui, même le droit qui se veut tautologique. Par exemple, réintégrer les casques protecteurs pour les boxeurs amateurs leur permet de vivre plus longtemps en santé et de contribuer de façon plus vigoureuse à leur famille et à leur communauté. Ils pourraient même se retrouver à étudier le droit à l’Université de Montréal et écrire dans le Pigeon Dissident!

 

En novembre dernier, une levée de cours symbolique a été proposée pour supporter la demande de rémunération des stages dans tous les domaines de travail. Tristement, il manquait 25 personnes pour même poser la question à la communauté étudiante. Cette situation peut, entre autres, s’expliquer par le fait que quelques personnes tentaient de dissuader les arrivants de participer à la consultation étudiante.

 

Notre position de juriste nous permet une compréhension du fonctionnement de la société qui est inégalée. Ce savoir est associé à une responsabilité morale de l’utiliser. Le devoir d’agir est une obligation morale à géométrie variable. Dans certains cas on peut s’engager, dans d’autres on doit s’engager. Il n’est pas question ici de faire bouger mers et mondes, mais d’agir selon notre capacité.

 

Dans mon expérience qui est, je l’admets, parfaitement anecdotique, il est nécessaire d’intervenir personnellement et vigoureusement dans les causes qui nous tiennent à cœur. Sinon, on permet et on justifie l’apathie sociale et politique. Si nous n’avons pas, chacun, le courage d’agir lorsque des injustices sont commises envers nos pairs, notre société ou même notre environnement, comment pouvons-nous espérer que d’autres ne partageant pas nos convictions agissent pour nous?

 

Briser l’inertie peut être difficile. L’action elle-même peut apporter des critiques et des contestations de la part de gens qui favorisent le statu quo. Toutefois, c’est dans cette adversité qu’on affirme nos positions, nos valeurs et nos croyances. Inspirons-nous des gens qui nous entourent. Entre autres, de ces professeurs qui s’insurgent contre la vente de véhicules blindés à une monarchie aux pratiques barbares, qui descendent dans l’arène publique pour défendre une réforme nécessaire du droit de la famille et d’autres qui ne sont pas des pleutres. Ils sont parfois attaqués de façon même illégitime, mais ils retournent dans l’arène sociale encore et encore parce qu’ils y croient.

 

L’histoire de contes, intégrée par plusieurs, du protagoniste arrivant à la dernière minute et sauvant la mise n’est rien de plus qu’un fantasme à la Disney. En fait, je me trompe. Il peut y avoir un héros qui sauve la mise, c’est vous, et personne d’autre.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

mcmillan.PNG

Vous voulez être

COMMANDITAIRES

du Pigeon Dissident?

Capture d’écran 2018-09-27 à 09.18.15.pn
Logo Coop.PNG