Tous droits réservés © Le Pigeon Dissident inc. 2019

Légalement Blonde ou l’Étude du droit

19/10/2018

Bonjour à tous et bienvenue pour le premier article d’une rubrique dédiée à la représentation du droit dans l’univers cinématographique. N’ayant aucune formation en cinéma, tout ce que j’écrirai reflète uniquement mon opinion et ne porte pas sur la qualité cinématographique des œuvres présentées.

 

***

 

Vous connaissez certainement tous le scénario du film « Légalement Blonde » : une jeune femme, Elle Woods, décide d’étudier le droit à Harvard pour reconquérir son ex, qui préfère sortir avec quelqu’un de ‘plus sérieux’ étant donné son ambition de futur sénateur. Après quelques heures de révision à la bibliothèque, Elle passe le LSAT brillamment et postule à Harvard en présentant une vidéo d’elle en maillot de bain. Elle sera ensuite confrontée à des situations pour lesquelles elle n’était pas préparée : des professeurs exigeants, une compétition déchaînée, la vie loin de sa famille et de ses amies, la nouvelle fiancée de son ex mais aussi le sexisme insidieux de la profession juridique. Finalement, Elle tombe en amour avec l’étude droit, ou en tout cas avec sa matérialisation physique en Tom Cruise et complète ses études dans le temps d’une ellipse scénaristique.

 

Même si le film montre une histoire mise en scène dans des films hollywoodiens souvent interchangeables, il propose néanmoins un thème principal digne d’intérêt : il montre un milieu d’étude juridique où les étudiants sont tous différents, avec des origines et des aspirations individuelles mais qui sont unis par l’étude du droit et par le besoin de s’entraider pour surmonter la masse de travail.

 

Malheureusement, le film n’exprime pas une réflexion poussée sur les problèmes de sexisme autre que « ça existe » et « c’est sérieux ». Et même si l’ambition du film n’est pas de créer une didactique profonde sur un problème qui, en effet, existe et qui, en effet, est sérieux, il a pris soins de les incorporer de manière plus grave, ce qui contraste avec l’atmosphère rose et légère du reste du long métrage.

 

En dépit de ses défauts, j’aime vraiment ce film car il rend l’étude du droit plus commune, ce n’est pas un obstacle insurmontable, au contraire… Ce sont les problèmes humains qui priment, l’étude du droit n’est que facilitée par la création de liens interpersonnels entre ceux qui l’étudie.

Les difficultés traversées par Elle sont des difficultés que nous aussi sommes susceptibles de rencontrer, nous qui nous apprêtons à gravir une montagne de codes et de jurisprudences.

En fait, ce film est du baume aux yeux pour ceux qui, le moment venu, auront trop pleuré sur leur livre de doctrine. Et il me rassure un peu alors que je commence ma première année en droit à l’UdeM.

 

Très bon début d’année à tous et bonne chance!

 

- Un pigeon cinéphile

 

 

PS : CoMum est en train de monter Légalement Bonde, la comédie musicale!

 

PPS : n’hésitez pas à mettre des suggestions de films dans les commentaires ci-dessous.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

mcmillan.PNG

Vous voulez être

COMMANDITAIRES

du Pigeon Dissident?

Capture d’écran 2018-09-27 à 09.18.15.pn
Logo Coop.PNG