Montréal, tu pues

Les vidanges sur ta rue,

Et ton composte insouciant,

Une, deux ou trois grues,

Des travaux nonchalants,

 

Ton smog et ta chaleur

Humide, collante et poisseuse,

Augmentés à chaque heure

Par tes usines hideuses

 

Montréal, tu pues.

 

Un coup d’œil dans tes bars

Où vomissent vaillamment

Des douchebags banlieusards

Profitant de toi en riant

 

Ils arpentent tes rues

D’asphalte neuf, déjà brisé

Pour eux tu prostitues

Ce que Montréalais a payé

 

Leurs voitures éjaculent

Sur tes voies et tes ponts

Sans le moindre scrupule

L’essence, ça sent pas binbin bon.

 

Montréal, tu pues

 

Tous ces beaux développements,

Tes condos pour richous

Un bel embourgeoisement

L’art moderne, c’est chou !

 

Dans un coin, sans abri

Une femme mendie

Dans son coin il sourit,

Elle est belle, son Audi

 

Montréal, tu pues

 

Atmosphère toxique

Rues trouées et trop larges

D’Hochelag à Ahuntsic

Montréal tu m’énarves

 

Pour toi mon amour est

Sans condition, grandiose !

Je t’adore, t’adule, mais

Une douche s’impose

 

Montréal, tu pues.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Vous voulez être

COMMANDITAIRES

du Pigeon Dissident?

Capture d’écran 2020-03-18 à 12.51.18.
Golwater dubé

Tous droits réservés © Le Pigeon Dissident inc. 2019