Tous droits réservés © Le Pigeon Dissident inc. 2019

Chronique musicale #2

02/12/2017

 

Take Me Apart・Kelela・Warp Records

Date de sortie: 6 octobre 2017

 

C’est bientôt l’hiver : synonyme indéniable de temps maussade slusheux, de lunettes embuées lorsque l’on entre dans le bus, de sorties de ski agréables, mais aussi de l’ambivalence permanente à savoir si on va aux cours plutôt que de rester au lit face à un réveil devant une tempête de neige. Bref, le temps froid arrive à grands pas et la cuddle season tout aussi. Kelela aussi arrive juste à temps avec Take Me Apart, un album r&b suave et velouté à souhait qui parle de dynamique de cruise assumée, de consentement et d’heureuses aventures sans lendemain. Après un EP —  Hallucinogen -— fort bien réussi et acclamé par la critique, la chanteuse américaine revient avec un album chaud et sensuel aux tonalités industrielles. La première écoute charme tout de suite et chacun.e y trouve un son qui lui convient. Qu’on aime le rap, le r&b, l’électro ou le trap, Kelela joue dans toutes ces cordes. Le travail de longue haleine pour mener à terme ce projet aura duré 4 ans. Au final, l’attente aura porté fruit. La sensualité douce et mystérieuse de Kelela nous envoûte tout en nous livrant avec sincérité un album où elle se dévoile sur son processus artistique et sa vie personnelle. C’est d’ailleurs ce qu’elle a confié au magazine musical Consequence of Sound: « Despite it being a personal record, the politics of my identity informs how it sounds and how I choose to articulate my vulnerability and strength. I am a black woman, a second-generation Ethiopian-American, who grew up in the 'burbs listening to R&B, jazz and Björk. All of it comes out in one way or another. » (1) Fort de beat soft-sexu et de trap, l’album nous donne envie de danser lascivement, surtout aux premières notes des titres « Enough », « LMK » et «Truth or Dare ». Avec une réalisation de grands noms du monde du rap et de l’électro — notamment Arca —  le produit final est « garoché » du début à la fin avec une constante, une histoire. Et les histoires de Kelela, on s’y prend au jeu bien facilement.

 

Lotta Sea Lice・Courtney Barnett & Kurt Vile・Matador Records Limited

Date de sortie: 13 octobre 2017

 

Bien que Vile et Barnett ne forment pas un couple dans la vie, ils s’offrent —  et nous offrent — une union merveilleuse de leurs voix ainsi rassemblées sur cet album collaboratif. Quasiment comme un long dialogue entre eux deux sur l’existence et le sens de la vie. À grands coups de riffs de guitare prononcés et de snare board nonchalant, on se sent tout de suite comme un dimanche matin d’été pluvieux où l’on passe la matinée à se prélasser en lisant. Pour dire, la chanson « Continental Breakfast » nous transporte naturellement là où l’ambiance musicale semble se diriger : « I cherish my intercontinental friendships/We talk it over continental breakfast/In a hotel in East Bumble-wherever/Somewhere on the sphere, around here. »(2) Cet album est non sans rappeler le rock psychédélique de Tame Impala incorporé de douce mélancolie à la Sibylle Baier pour conclure avec le folk savamment poétique de Bob Dylan. Barnett et Vile nous jasent comme des ami.e.s autour d’une table, le tout empreint de douceur, bien que les paroles sous-entendent un certain pessimisme. Il faut aussi se rappeler que c’est un album franchement sans prétention qui est né d’un jam session qu'ont eu les deux auteur.e.s-compositeur.e.s-interprètes. Un album parfait pour se relaxer en vue des examens finaux qui approchent lentement mais sûrement. Comme une prière avec abandon et inconscience, le duo chante: « You've gotta let it go/Before it takes you over/Calm is more conducive to the remedy. » (3)

 

A Deeper Understanding ・The War on Drugs ・Atlantic Records

Date de sortie: 25 août 2017

 

N’ayant jamais été grande fan de Bruce Springsteen ni de John Mellencamp, il est pour moi difficile d’avoir la curiosité volontaire de découvrir des artistes qui s’inscrivent dans la même veine « heartland rock » des années 70. Personnellement, je trouve souvent qu’on n’arrive pas à « décrocher » des vieux classiques rock, ce qui ne nous permet pas de voir toute la nouveauté qui s’offre en permanence tout en vastitude et en mixité. Cependant, nombre d’individus m’ont convaincue d’aller jeter un coup d’œil à ce groupe dont je ne connaissais que le nom: The War on Drugs. Je fus moi-même épatée de pouvoir réellement apprécier cet album — aux antipodes de ce que j’aime habituellement — jusqu’à la toute fin. La première piste (« Up All Night ») sent la balade accrocheuse et facile d’écoute. En fait c’est surtout ça, c’est un album facile d’écoute-passe-partout-souper-entre-ami.e.s-balade-de-char. Ce qui me dérange un peu par la sur-accessibilité plaira sûrement aux nostalgiques, mais aussi aux jeunes qui apprécient ce style musical issu d’une autre époque. L’album est si bien ficelé, si bien produit, et la voix douce-amère du chanteur Adam Granduciel est si prenante qu’il nous est impossible de condamner le son final, qu’on soit adeptes ou non du style. Les complices derrière The War on Drugs sont de classiques puristes du rock et c’est bien de voir qu’ils sont totalement assumés dans leur démarche. Certes, le son n’est pas neuf, mais il est vrai et ressenti, et c’est surtout ça qui compte après tout. Certains arrangements sont fâcheusement pompeux, mais si on s’en tient aux sons de départ, telle la longue pièce de 11 minutes « Thinking Of a Place » ou de ma favorite « Knocked Down », c’est un album intimiste, presque romantique et rempli d’espoir.

 

Ma suggestion de shows le fun-découvertes-dance party-break d’étude-why not ?

  • Saxsyndrum, Alexia Avina, Bambi Lou | Brasserie Beaubien [29 novembre]

  • L’exposition Sensory Stories | Centre Phi [jusqu’au 16 décembre]

  • Hommage à Lhasa: La route chante | MTELUS [16 décembre]

  • Daniel Caesar | Théâtre Corona [25 novembre]

  • Kalmunity Jazz Project | Café Résonance [chaque dimanche]

 

(1) GESLANI, Michelle (2017) Kelela announces debut album, Take Me Apart, shares lead single, “LMK”: Stream récupéré de https://consequenceofsound.net/2017/08/kelela-announces-debut-album-take-me-apart-shares-lead-single-lmk-stream/, (consulté le 21 novembre 2017)

(2) Paroles du titre Continental Breakfast récupérées de https://genius.com/Courtney-barnett-and-kurt-vile-continental-breakfast-lyrics, (consulté le 21 novembre 2017).

(3) Paroles du titre Let It Go récupérées de https://genius.com/Courtney-barnett-and-kurt-vile-let-it-go-lyrics, (consulté le 22 novembre 2017). 

 

Tags:

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

mcmillan.PNG

Vous voulez être

COMMANDITAIRES

du Pigeon Dissident?

Capture d’écran 2018-09-27 à 09.18.15.pn
Logo Coop.PNG