Tous droits réservés © Le Pigeon Dissident inc. 2019

Quand parler d'argent devient agréable

 

Un publireportage de Nicolas Thiffault-Chouinard pour Desjardins

 

À deux pas du pavillon Jean-Brillant se dresse une succursale Desjardins, mais attention, ce n’est pas une succursale comme les autres. Compte rendu d’une visite à l’espace Desjardins 360d de l’Université de Montréal et entrevue avec une chargée de clientèle attentionnée.  

 

Le vendredi 11 août dernier, j’ai visité, un peu par curiosité, un peu par hasard, l’espace Desjardins 360d située sur la rue Decelles, juste à l’angle de Queen Mary. En y entrant, j’avais presque l’impression de m’être trompé d’endroit, tellement l’ambiance et l’aménagement du lieu sont différents de l’image que je m’étais faite d’une caisse populaire. Je dois l’avouer, j’avais délaissé le réseau Desjardins, croyant à tort que leur offre de services était figée dans le passé et qu’il était temps d’aller voir ailleurs.

 

Elle est là la clef du concept derrière les 360d. Il s’agit d’un concept pour les 18-30 ans qui offre un accompagnement sur mesure pour la réalisation de projets, surtout en lien avec les études, la vie en appartement, le voyage et l’acquisition d’une première voiture. L’ambiance y est complètement différente des autres caisses et de toute autre banque. Quand on y entre, on trouve des tables basses, des fauteuils, une terrasse, une super machine à café, bref de quoi se mettre à l’aise.

 

Or, dire que la succursale 360d de Côte-des-Neiges se résume à une ambiance décontractée serait taire toute l’expertise des chargés de clientèle et leur approche différente, axée sur la simplicité et l’explication. Et ça, c’est sans compter sur le fait que les chargés de clientèle sur place sont qualifiés pour offrir tous les services financiers de Desjardins. D’ailleurs, lors de mon passage sur place, Stephanie Ramdé a pris le temps de répondre à bien des interrogations. Entrevue!

 

Q. Quel est le but des 360d de Desjardins ?

Stephanie Ramdé. Les espaces 360d ont ouvert leurs portes près des universités pour rapprocher Desjardins des étudiants. Le but est d’offrir nos services financiers, mais aussi de faire comprendre le monde de la finance aux jeunes adultes. On explique, on prend le temps de faire un budget. Ultimement, on a à coeur votre réussite, parce qu’on investit en vous!

 

Q. Donc, quand quelqu’un vient vous voir, vous ne faites pas que lui donner de l’argent?

S.R. (Rire) Non, si c’était si facile. D’abord, on discute avec la personne. On prend le temps de voir où elle en est, ses revenus, ses principales dépenses. On brosse un portrait financier, on fait un budget. Parfois les membres en ont déjà un, mais n’ont pas pensé à certaines dépenses. Ensuite on regarde le manque à gagner sur une base annuelle et on commence à discuter de marge de crédit, par exemple.

 

Q. Bon! C’est ce que je me demandais. Qu’est-ce que c’est une marge de crédit?

S.R. Une marge de crédit, c’est un outil de financement. Desjardins vous prête de l’argent dont votre propre potentiel nous sert de garantie. On ne vous prête pas plus que ce que nous calculons ensemble au moment de faire votre budget. Notre but n’est pas de vous surendetter non plus! Cet argent agit comme une protection à découvert pour votre compte, un “backup”. Par exemple, si vous achetez un livre à 100 $ et qu’il n’y a que 60$ dans votre compte, les 40$ manquants seront déduits de votre marge.

 

Q. Donc, au jour le jour, ma marge se gère toute seule?

S.R. Oui, on peut dire ça. Pendant l’année, s’il y a des entrées d’argent, elles seront d’abord utilisées, puis la marge ensuite. Il n’y a pas à décider si l’on veut « mettre quelque chose sur la marge »; c’est automatique. Parallèlement, si un étudiant a une entrée d’argent et souhaite « recharger sa marge », il peut le faire. Il n’y a pas d’obligation de rembourser à un moment précis, on peut le faire à tout moment.

 

Q. Pourquoi est-ce qu’une marge est plus avantageuse qu’une carte de crédit ?

S.R. Le taux! Une carte de crédit n’est pas un outil de financement, contrairement à ce qu’on peut croire. C’est un outil utile pour assurer les petites dépenses courantes pour lesquelles on a déjà l’argent ou encore que l’on sait qu’on l’aura. Quand une carte de crédit n’est pas remboursée, les intérêts commencent à courir et, contrairement à la marge, ils peuvent être très élevés. La carte de crédit, c’est surtout pour reporter le paiement de quelque chose. Ça donne grosso modo 21 jours avant de devoir payer, mais il faut l’utiliser intelligemment.

 

Q. Bon, mais là... est-ce que je peux prendre ma marge pour faire… autre chose (#voyage) ?

S.R. Beaucoup d’étudiants nous posent cette question-là! D’abord, il est évident qu’une marge, c’est avant tout du crédit qu’il faudra rembourser ensuite.  À ce compte-là, ce n’est pas ce que l’on propose aux membres qui viendraient nous voir avec des projets de voyage. Pour un voyage, il vaut mieux épargner. On a des outils pour ça. On commence par voir ensemble où vous voulez aller, ce que vous voulez faire, on estime ensemble les coûts et on planifie combien par semaine il faut mettre de côté.

 

Q. C’est si simple que ça épargner ?

S.R. Oui, avec nos comptes épargnes à intérêts élevés et notre application mobile ça devient assez simple. Vous pouvez transférer autant de fonds que vous voulez, aussi souvent que vous le pouvez, des petits ou des plus gros montants, directement sur votre téléphone. Donc, disons que vous recevez de l’argent pour votre anniversaire et que vous voulez l’épargner pour un voyage, avec l’application c’est facile et ça vous empêche de le dépenser tout de suite!

 

Q. Oui! Je pense qu’on s’entend là-dessus! Bon, je voulais aussi savoir, qu’est-ce qui se passe après mes études ?  

S.R. Pour ce qui est de l’épargne, même après vos études, cet argent vous appartient. Et même si vous changez d’idée et achetez plutôt une voiture au lieu de faire un voyage, ça ne change rien. Maintenant pour ce qui est de la marge de crédit, après n’avoir remboursé que les intérêts pendant vos études, il faudra commencer à rembourser le capital.

 

Q. Intérêts, capital ? C’est quoi ça ? (Rire gêné)

S.R. Je peux te l’expliquer, c’est tout à fait normal d’avoir besoin d’explications. Le capital, c’est le montant que l’on vous prête, disons 100 $ pour faire simple. Le taux d’intérêt, c’est ce que l’on prend en plus du capital pour assurer un rendement pour la caisse, disons 2,5 %.  Donc, pour chaque tranche de 100 $ au bout d’une année, tu dois remettre 102,50 $.  Pendant que tu es encore aux études, on ne te demande de rembourser que les intérêts. Tu peux rembourser plus si tu as les moyens, mais ce n’est pas une obligation.

 

Q. Donc à la fin de mes études, je commence à rembourser le capital?

S.R. Oui, exactement. Mais on planifie ça aussi, il n’y a pas de quoi s’inquiéter là! À la fin de vos études, il y a six mois de grâce, en général pour permettre aux gens de se placer dans un premier emploi, de déménager. On a des membres qui viennent de loin pour étudier à Montréal, alors les six premiers mois, c’est pour faire le point. Ensuite, on prend rendez-vous ensemble et on planifie un remboursement échelonné.

 

Q. Un remboursement échelonné? Est-ce qu’il faut payer tout de suite après?

S.R. Ce n’est pas une obligation. On peut échelonner le remboursement sur 5, 10, parfois même 15 ans. Mais plus on attend, moins c’est avantageux au final, car il ne faut pas oublier les intérêts. En moyenne, les gens remboursent entre 5 et 7 ans. Mais contrairement à une hypothèque, il est possible de rembourser plus rapidement.

 

Q. Bon… ça fait beaucoup d’informations à traiter pour un seul jour! Est-ce qu’on peut revenir vous voir ici?

S.R. Oui! N’importe quand. Nos horaires sont adaptés pour répondre aux besoins des étudiants; On est ouvert à partir de neuf heures, et ce, jusqu’en soirée et même le samedi jusqu’à la fin du mois de septembre. Mieux encore, il y a des succursales 360d près d’autres universités. Juste à Montréal, nous sommes présents ici, à l’UdeM, mais aussi à l’UQAM, à Concordia, à McGill et à l’ÉTS. Tout le monde peut en profiter!

 

***

 

C’est ainsi que s’est conclue cette visite à la succursale Desjardins 360d sur la rue Decelles. Avec autant d’idées dans la tête, je pense que je vais laisser tomber mon plan de prendre la marge pour voyager; je vais épargner à la place. Voilà qui semble plus raisonnable! Arrivederci... Dans un an, mais quand même.

 

 

Desjardins 360d, Université de Montréal

5150, avenue Decelles

Montréal (Québec) H3T 1V4

Tél. : 514 383-0252 ou 1 844 866-9932

https://www.desjardins.com/360d

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

mcmillan.PNG

Vous voulez être

COMMANDITAIRES

du Pigeon Dissident?

Capture d’écran 2018-09-27 à 09.18.15.pn
Logo Coop.PNG