Tous droits réservés © Le Pigeon Dissident inc. 2019

La tolérance suicidaire

30/03/2017

 

Soft land breeds soft men 

Cyrus the Great 

 

Fidèle à ses traditions, la Turquie représente de nouveau une menace pour l’Europe. Le président Erdogan multiplie les provocations et enjoint les Turcs, entre autres imprécations, à « faire cinq enfants, pas trois seulement », affirmant que cela constituerait « la meilleure réponse à apporter à l’impolitesse et à l’hostilité que l’on vous témoigne ». Il a également menacé que si ses folles doléances ne sont pas respectées, « aucun Européen ne pourra[it] plus faire un pas dans la rue en sécurité ». Ces propos doivent être considérés pour ce qu’ils sont : une déclaration de guerre. Il invite la diaspora turque à mener une politique des ventres pour détruire le Vieux Continent de l’intérieur. Par des acrobaties mentales délirantes, certains continuent néanmoins à nier la réalité du Grand Remplacement. Un niveau de collaboration sans précédent, qui ne trouve même pas écho à l’époque du régime de Vichy, a été atteint. 

 

 

Pensez-vous que les Turcs qui ont défilé à Rotterdam durant la crise diplomatique entre les Pays-Bas et la Turquie combattraient pour leur pays d’accueil en cas de guerre ? Ces derniers, qui il y a peu de temps encore lynchaient des Européens à profusion, constitueraient plutôt une cinquième colonne, mais pas celle qui soutient l’édifice. De tout temps, et c’est encore plus vrai aujourd’hui, les diasporas ont été les outils de leur mère-patrie. Le président turc, sur sa lancée néo-ottomane, menace également de rompre l’accord conclu avec l’Union européenne visant à restreindre le nombre de migrants passant par la Turquie. 

 

La crise des réfugiés est un mensonge. La plupart de ceux que l’on qualifie ainsi ne sont pas des réfugiés, mais des migrants économiques. Ce ne sont pas les veuves et les orphelins qui abondent aux portes de l’Europe, mais des hommes dans la force de l’âge et bien portants. Comment pourraient-ils être des chances pour ce continent, alors qu’ils sont des calamités dans leur propre pays? Les Européens de l’Est, qui n’ont pas été atteints par la maladie du sentimentalisme, accroissent leur budget militaire et construisent des murs pour se protéger. L’Europe de l’Ouest va disparaitre en raison de la trahison des « élites », à moins de l’arrivée d’un être providentiel. Une Jeanne d’Arc ou un Général de Gaulle. L’avenir du Vieux Continent n’est pas l’Occident, mais le groupe de Visegrad, lucide sur l’ampleur du complot tramé par les sans-frontiéristes et autres pions du patronat. Un livre génial bien connu de la fachosphère, Le Camp des Saints, décrit l’invasion de la France par des millions de migrants. Jean Raspail décrit avec une précision déconcertante les conséquences désastreuses du sentimentalisme au regard de la survie d’un pays. Accueillir toute la misère du monde est impossible et conduit à la misère pour tous. Les nécessiteux ont-ils le droit d’envahir un pays parce qu’il est plus riche que le leur ? Auquel cas, il faut permettre aux gueux de voler les nantis. Lisons quelques avis sur la situation européenne.  

 

Renaud Camus, écrivain français et auteur du concept de Grand Remplacement, fait part de ses constatations : « Est-ce qu’on a déjà vu, dans l’histoire de l’Humanité, des gouvernements poursuivre d’une pareille haine leurs propres peuples? ... La foi en l’inexistence des races était indispensable au ‘remplacisme’, à l’interchangeabilité des hommes, des cultures et des populations. Si tout ce qui définit l’identité française, c’est l’adhésion aux valeurs de la République, comme le dit monsieur le Premier ministre, alors les Français sont interchangeables comme des choses … Vous prenez l’échangisme pour une pratique sexuelle ? Détrompez-vous. C’est une façon industrielle et robotisée de gérer le parc humain » (1).  

 

Sadiq Khan, le maire de Londres, a tenu ces propos : « Terror attacks are part and parcel of living in a big city ». Étrangement, Tokyo connait une réalité fort différente. Le Premier ministre français, Manuel Valls, a également conseillé aux jeunes Français de « s’habituer à vivre avec la menace terroriste ». Dans un futur fort proche, ces âneries seront utilisées pour démontrer la trahison des élites vis-à-vis de leur peuple. 

 

Beaucoup affirment que tenir de tels discours revient à souffler sur les braises, à attiser la haine. C’est une mauvaise plaisanterie et un argument digne d’une canaille. C’est au contraire la politique hallucinante des dirigeants européens qui mènera le continent au chaos. Il ne faut pas s’étonner que des mouvements dits d’extrême-droite (qui sont à peine de droite) gagnent de l’ampleur ; ils sont la réaction naturelle de tout peuple sain d’esprit. Il y a une limite au nombre de fois que l’on peut provoquer un peuple avant que ce dernier se décide à contre-attaquer, avant qu’il organise un 6 février 1934. Le problème historique des collabos est qu’ils sont persuadés que tous sont aussi lâches qu’eux-mêmes. Ils se disent tolérants, mais ce n’est qu’un prétexte visant à justifier leur couardise. Défendre son pays, son peuple, son Histoire, tout cela nécessite du temps, de l’énergie, de la bravoure. Il est bien plus aisé d’être lâche et avoir de surcroit le luxe de proclamer sa bienveillance et ses bons sentiments. Certains, sur lesquels repose la survie d’un riche héritage, refuseront d’adopter cette posture démissionnaire. 

 

Combien de temps encore les peuples européens continueront à croire que le cheval de Troie est leur cheval de bataille, que le problème est la solution ? Il a fallu un millénaire pour que l’Europe récupère suite à la blessure infligée par la chute de l’Empire romain d’Occident. En ce moment, deux mille ans d’Histoire et de civilisation s’effondrent dans l’indifférence générale. Même les oisifs, les apolitiques et les partisans du suicide civilisationnel ne pourront bientôt plus mener leur vie de vacuité. Leur existence de dégénérés sera détruite par ceux-là mêmes qu’ils veulent défendre, ironie de l’Histoire. Le gauchisme mourra, nul doute n’est permis à cet égard, mais combien de peuples emportera-t-il avec lui dans la tombe ? 

 

(1) Pour ceux désirant obtenir la vidéo dans son intégralité, prière de me contacter. 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

mcmillan.PNG

Vous voulez être

COMMANDITAIRES

du Pigeon Dissident?

Capture d’écran 2018-09-27 à 09.18.15.pn
Logo Coop.PNG