Tous droits réservés © Le Pigeon Dissident inc. 2019

Un premier débat au Parti québécois Consensus et tirs groupés contre Cloutier

 

Le mardi 6 septembre dernier, au sous-sol du Pavillon Jean-Brillant, les quatre principaux candidats à la chefferie du PQ sont venus débattre, une première dans cette course pour succéder à Pierre-Karl Péladeau qui, on s'en souviendra, n'avait pas soulevé les passions lors de son passage à l’Université l’hiver dernier.

 

Le premier débat de la course, tenu à l'initiative du Comité national des jeunes du Parti québécois,  a confronté Alexandre Cloutier, Jean-François Lisée, Martine Ouellette et Paul St-Pierre Plamondon.

 

Devant une salle remplie d'étudiants et de membres du corps médiatique, les candidats ont débattu pendant 90 minutes sur différents sujets, dans une formule un contre un donnant parfois lieu à de vifs échanges et parfois à d’étranges discussion particulièrement consensuelles.

 

Économie

 

Martine Ouellette veut miser sur l'électrification des transports et mettre l'accent sur les énergies vertes. Pour elle, cela passe par l'indépendance. Sur ce point, Lisée converge, dit-il, mais préfère mettre l'accent sur la petite entreprise. St-Pierre Plamondon et Cloutier, à la même question, mettent l'accent sur la qualification de la main d'oeuvre, mais bien vite Cloutier apporte l'idée de l'aide à l'exportation.

 

Environnement

 

Front commun contre Énergie Est. « L'avenir du Québec n'est pas dans les hydrocarbures » dira Cloutier. Bien vite,  Ouellette le confronte sur sa position en faveur des forages à Anticosti. Cloutier évite la question, rappel que pour lui, le pétrole, c'est terminé. Ouellette en remet;  pour elle, il faut abandonner le pétrole et faire des consultations publiques sérieuses sur la question pour avoir l’heure juste des Québécois.

 

Éducation et jeunesse

 

Le concept de « gratuité scolaire effective » de Jean-François Lisée propose d'offrir la gratuité par des bourses et des prêts pour 50 % des étudiants québécois, les moins bien nantis. Cloutier et Ouellette veulent la gratuité, absolue. Plamondon est plus nuancé,  « On ne veut pas faire un Bob Rae! » dit-il, en faisant référence à l’ancien premier ministre ontarien. Pour lui, il faut y aller avec parcimonie en respectant la capacité de l'État, mais en investissant massivement.  Tous seraient en faveur d’un retour des initiatives pour les jeunes; bref, plus de financement pour les jeunes. L'indépendance serait inévitable pour Martine Ouellette qui n’a que ce mot à la bouche, avant de glisser rapidement l’idée de l’implantation étendue de l’internet haute vitesse passant peut-être même par la nationalisation des fournisseurs d’accès internet!

 

***

 

Très consensuel, un peu terne à certains égards, ce débat ne nous aura rien appris que nous ne savions déjà sur les positions des candidats et du parti en général. Il aura montré un parti qui se cherche, dont l’argumentaire est constamment ramené à la question de l’indépendance et où les appels à l’histoire du parti sont courants. Cette question, fondamentale pour certains, devrait laisser sa place aux idées pour d’autres.

 

N’empêche, notons au moins la clarté des propos de Martine Ouellette et la surprise de ce débat, Paul St-Pierre Plamondon. Celui que certains disaient « battu par la marge d’erreur » (Référence à La soirée est encore jeune, à Ici Radio-Canada Première.) semble de loin le grand gagnant de ce débat, car pour la première fois, il répondait directement au meneur, Alexandre Cloutier, apportant de nouvelles réponses aux vieilles questions.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

mcmillan.PNG

Vous voulez être

COMMANDITAIRES

du Pigeon Dissident?

Capture d’écran 2018-09-27 à 09.18.15.pn
Logo Coop.PNG