Tous droits réservés © Le Pigeon Dissident inc. 2019

Reprendre le flambeau

25/08/2016

Maxime Leboeuf
Rédacteur en chef

 

C’est autour d’une bière, dans un petit bar du Plateau, que Marc-Simon Duquette m’accueille pour la désormais traditionnelle entrevue de début d’année avec le président de l’Association étudiante des étudiants en droit (AED). Visiblement préparé, cet ancien de la section D m’explique avec éloquence les dossiers chauds et moins chauds sur lesquels sa nouvelle équipe travaille depuis le début de l’été et présentera aux étudiants dès la session d’automne. 

 

Ce qui frappe d’entrée, c’est ce désir de continuer là où l’exécutif précédent avait laissé, exécutif dont faisait d’ailleurs partie Marc-Simon Duquette à titre de VP vie étudiante. Rappelons que c’était tout le contraire l’année précédente, alors que l’ex-président Simon Telles souhaitait à tout prix se distancer des « dossiers échappés » de son prédécesseur. Mais l’exécutif 2016-2017 proposera aussi plusieurs nouveautés cette année, fort d’une équipe aux idées diversifiées. Revue des dossiers à suivre et à surveiller pour l’année 2016-2017 à la Faculté de droit de l’UdeM. 

 

Soutenir l’offre de service

 

Autre revenant de l’exécutif 2015-2016, le trésorier Loïc Sanscartier continuera cette année d’appliquer une logique similaire de rigueur – on n’oserait parler d’austérité – dans la gestion du budget. Une rigueur largement dictée par la diminution systématique des commandites de cabinets d’avocats, explique Marc-Simon Duquette. « En trois ans, on a perdu 30 à 40 % du montant de commandite*, parce que les cabinets redirigent chaque année leur argent vers d’autres initiatives. »

 

L’exécutif 2016-2017 pourra toutefois compter sur une nouvelle somme* débloquée grâce à l’augmentation des cotisations étudiantes votée en Assemblé générale au printemps dernier. Bien que la distribution précise de cette nouvelle enveloppe budgétaire reste à déterminer, « on va essayer de distribuer ça pour rejoindre le plus d’étudiants possible via différentes activités à vocation sociale et intellectuelle », indique le président de l’AED. 

 

La nouvelle enveloppe budgétaire dont dispose l’AED sera donc principalement consacrée à maintenir l’offre de services aux étudiants et appuyer de nouvelles initiatives. « On a reçu le mandat clair en Assemblé générale de consacrer une partie du montant à la réduction de couts des activités sociales », rappelle à ce propos Marc-Simon Duquette. Ainsi, une partie du montant permettra de réduire le cout des initiations à 20 $ tout en maintenant des activités similaires à l’année dernière. La Soirée de Noël sera elle aussi revue afin de réduire le prix d’entrée et assurer une meilleure accessibilité, quitte à réduire l’abondance de l’évènement. 

 

Côté activité à vocation intellectuelle, le président de l’AED souligne la tenue d’une série d’activités pratiques organisées par des comités durant l’automne, une nouveauté pour cette année. Seront ainsi offerts aux étudiants un concours de rédaction (Comité droit constitutionnel), une simulation d’arbitrage (Comité droit du travail), une compétition d’arbitrage (Comité droit et sport) et une simulation de cas (Comité droit pénal). « L’idée est d’offrir ces activités pratiques aux étudiants à la rentrée pour qu’ils aient une offre de service variée », résume-t-il. 

 

Une réforme pleine d’incertitude

 

Autre dossier chaud dans les boites de l’AED : la réforme du baccalauréat. Nébuleux projet mené par la direction de la Faculté, cela devrait éventuellement déboucher sur un remaniement de l’offre de cours du baccalauréat en droit. L’exécutif de l’AED sera représenté à la table des négociations, aux côtés de la direction et des professeurs, afin de représenter la voix des étudiants dans cet important chantier. À ce propos, Marc-Simon Duquette indique qu’un comité chargé de prendre le pouls des étudiants sera mis en place dès la rentrée afin de mieux porter leurs préoccupations et leurs priorités. 

 

Malgré une volonté d’ouverture, le comité sera majoritairement formé de membres du Comité exécutif (CE) et du Comité administratif (CA) de l’AED, des instances dont la proximité n’est plus à démontrer. Seulement deux sièges sur cinq seront occupés par des étudiants non membres du CE ou du CA, et ces deux étudiants seront sélectionnés par le CE. 

 

Le comité devra rapidement soumettre des propositions relatives à la réforme du baccalauréat en Assemblée générale afin que l’AED ait une position claire dès le début du processus. Le document, s’il est approuvé par l’assemblée, sera ensuite présenté comme position formelle des étudiants à la table des négociations. « Ça va être une situation très politique; l’AED aura une position, le décanat aussi et les professeurs aussi. Le mieux qu’on puisse faire, c’est d’avoir une position claire des étudiants », explique Marc-Simon Duquette. 

 

Comme pour les autres priorités du nouveau CE, on semble donc insister sur la volonté d’entendre la volonté des étudiants et de leur offrir des services adaptés à leurs priorités. On ne peut que reconnaitre la noblesse de cette volonté, mais l’expérience des années passées pousse à un certain scepticisme. Si l’exécutif 2016-2017 souhaite vraiment servir adéquatement les étudiants et se montrer à la hauteur des attentes qu’il s’est fixé, il devra faire plus que simplement reprendre le flambeau de l’exécutif précédent, qui avait marqué par son manque d’écoute et d’ouverture. Un exécutif qui affichait pourtant des ambitions d’une frappante similitude avec ceux dont me parle Marc-Simon Duquette en finissant sa bière. À suivre, donc. 

 

*N.B. En raison du huis clos budgétaire supporté par le CE, il est interdit de publier les chiffres exacts du budget de l’AED. 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

mcmillan.PNG

Vous voulez être

COMMANDITAIRES

du Pigeon Dissident?

Capture d’écran 2018-09-27 à 09.18.15.pn
Logo Coop.PNG