Portrait%20sans%20photo_edited.jpg

Entrevue spontanée avec Manon Massé

Auteur·e·s

Sophia G. Toutant

Publié le :

2 octobre 2022

Il y a près de deux semaines, Jeanne Strouvens et moi avons eu la chance de rencontrer et de poser quelques questions à Manon Massé, députée à l’Assemblée nationale dans la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques et porte-parole de Québec solidaire, alors qu’elle était présente sur le campus de l’Université de Montréal.

Souvent, on entend que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique, et c’est la raison pour laquelle ils ne vont pas voter. Par contre, moi, je n’arrête pas de dire que c’est plutôt parce que les partis politiques ne s’intéressent pas aux jeunes que les jeunes se demandent: « Pourquoi je devrais aller voter, ils ne s’intéressent pas à moi ». - Manon Massé

press to zoom

press to zoom

Madame Massé, selon vous, quelle est l'importance des jeunes dans la campagne électorale ? Comment les motiver à aller voter?


Souvent, on entend que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique, et c’est la raison pour laquelle ils ne vont pas voter. Par contre, moi, je n’arrête pas de dire que c’est plutôt parce que les partis politiques ne s’intéressent pas aux jeunes que les jeunes se demandent: « Pourquoi je devrais aller voter, ils ne s’intéressent pas à moi ». Voilà une des différences fondamentales de Québec solidaire. Pour nous, à Québec solidaire, ce n’est pas que vous êtes l’avenir, vous êtes le présent, et vous êtes la génération qui va devoir relever le défi où la mienne a foutu le bordel.


Moi, ça fait longtemps que je suis dans le parti, je l’ai fondé, ça fait longtemps que je vous attends et que je travaille à créer ce véhicule-là. On est prêts, on a un excellent chef parlementaire avec Gabriel Nadeau-Dubois, 32 ans, capable de mener le Québec à mener de grandes choses, et à Québec solidaire, c’est ça qu’on veut faire.


Vous qui vous êtes engagée dans votre communauté toute votre vie, quels conseils auriez-vous pour des jeunes gens, juristes ou autres, qui souhaitent prendre part à leur vie communautaire et faire avancer le bien dans leur communauté


Moi ce qui me frappe, c’est que vous êtes surtout au féminin, et je sais comment les femmes changent les choses profondément dans leur communauté. Donc moi, ce que je vous dirai c’est d’être vous-même, identifiez ce qui vous indigne, ce qui vous choque, ce avec quoi vous n’êtes pas d’accord, et trouvez un chemin pacifique pour régler cette affaire-là. Et moi, après, cette affaire-là, je n’ai pas d’autres conseils à vous donner, c’est vous qui allez le savoir. Certaines d’entre vous allez faire de l’aide en la justice sociale, en l’aide juridique, d’autres allez devenir députée à l’Assemblée nationale, certaines d’entre vous allez travailler dans le communautaire qui interviennent auprès des femmes, auprès des communautés LGBT, auprès de l’immigration, auprès de la discrimination. Moi je m’en fous, trouvez votre cause, trouvez ce qui vous indigne, enlignez-vous de façon pacifique vers le cap, vers vos objectifs, et vous allez y arriver, je le sais.