Portrait%20sans%20photo_edited.jpg

Entrevue avec les nouveauxᐧelles élu·e·s de l'AED

Auteur·e·s

Publié le :

18 septembre 2022

Pour faire suite aux élections de la prochaine AED, Le Pigeon dissident s’est entretenu avec les nouveauxᐧelles éluᐧeᐧs de l’AED et le président du CVSG, afin de vous dresser un portrait de ce qui vous attend l’an prochain.

Le gros thème qui me tient à cœur, c’est celui de redonner aux étudiants. Concrètement, j’ai promis en ce sens d'augmenter la valeur et le nombre de bourses octroyées aux étudiants.
- FIRAS ZGHAIB

L'AED 2022-2023
L'AED 2022-2023

press to zoom
L'AED 2022-2023
L'AED 2022-2023

press to zoom

FIRAS ZGHAIB

C’est comment être le nouveau président de l’AED?

C’est très bien! Je suis content de la confiance que les étudiants ont su porter en moi. Je pense qu’ils ont vu que mon objectif est de redonner aux étudiants. Content aussi d’avoir pu faire campagne aux côtés de Mikaël et Lara, c’était une belle campagne!


Qu’est-ce qui t’a initialement motivé à t’impliquer dans l’AED ?

Dès ma deuxième semaine à la faculté, je me suis impliqué comme représentant académique de ma section; c’est là que j’ai eu la piqûre pour l’implication. C’est ce qui m’a ensuite motivé à me présenter comme représentant académique en deuxième année. Malheureusement, cela n’a pas fonctionné, donc j’ai décidé de m’impliquer au sein de comités. J’ai toujours eu ce goût d’implication au sein de la faculté, surtout pour redonner à l’ensemble de la communauté étudiante. J’aime ça redonner! C’est quelque chose que j’ai mis de l’avant dans ma campagne et qui me tient à cœur. Je veux pouvoir partager mon expérience et être redevable et je crois que la présidence est le bon poste pour le faire, considérant qu’on chapeaute un peu tout, notamment les événements.


Comment envisages-tu ton travail l’année prochaine avec les autres éluᐧeᐧs ?

Je suis très content, content pour tout le monde qui a été élu. Tout le monde a fait de très belles campagnes. J’envisage cela très positivement, on a de très belles personnes à la faculté donc je n’ai aucun doute qu’on va pouvoir bien s’entendre, tout en gardant le cap sur les objectifs de l’AED. J’ai très hâte de pouvoir commencer à travailler avec ces personnes-là. Je ne pense pas que le travail d’équipe va être quelque chose de difficile à réaliser.  Tous les candidats durant la campagne donnaient l’impression d’être down to earth, sociables et dynamiques. Et s’il y a des embûches, c’est avec une bonne communication et de la transparence qu’on va pouvoir les régler.


Si tu as à prioriser une promesse ou un projet, que serait-ce?

Le gros thème qui me tient à cœur, c’est celui de redonner aux étudiants. Concrètement, j’ai promis en ce sens d'augmenter la valeur et le nombre de bourses octroyées aux étudiants. J’en ai beaucoup discuté avec Kassandra, l’actuelle trésorière, et j’ai réalisé que l’AED dispose de plusieurs fonds qui pourraient servir à cela. Je veux faire bénéficier les étudiants qui s’impliquent, qui excellent, à ceux qui ont besoin d’aide financière. Donc je dirais que c’est une promesse que je veux vraiment réaliser. Évidemment, je veux aussi organiser un kiosque Guru (rires), mais je vois la promesse des bourses comme pouvant être un projet qui restera aussi pour l’avenir.


Est-ce qu’il y a une promesse d’unᐧe autre candidatᐧe que tu as bien aimée et que tu aimerais intégrer à ton travail ?

Absolument! Comme je l’ai dit précédemment, Mikael et Lara ont fait de très belles campagnes, et les deux ont fait de belles promesses auxquelles je n’avais pas pensé moi-même.


Pour ce qui est de Mikael, il a proposé d’ouvrir le local, d’en faire une aire ouverte où les étudiants peuvent rentrer, prendre un café et ressortir. Bref, en faire une aire ouverte et non un endroit fermé qui est juste pour l’AED. C’est quelque chose que je trouve très important et que je veux mettre de l’avant aussi. Je veux que l’AED soit l’association de tous les étudiants et non simplement des 9 membres de l'exécutif.

Pour ce qui est de Lara, elle a proposé beaucoup d’initiatives en santé mentale et c’est quelque chose que je trouve important aussi. Le bac en droit est stressant et il faut se préoccuper de la santé mentale des étudiants. Félix (Huot-Richer) a aussi promis durant sa campagne davantage de financement pour le PADUM et c’est quelque chose que je veux mettre de l’avant.


Comment te sens-tu d’avoir une équipe formée exclusivement de nouveauxᐧelles exécutantᐧeᐧs?

C’est quelque chose que j’avais envisagé depuis longtemps; pour compenser cela, j’ai rencontré chaque membre de l’exécutif actuel préalablement à ma campagne au cas où cette situation suscite des questionnements chez d’autres exécutants de l’an prochain. Encore une fois, tout le monde à la faculté est exceptionnel et est capable d’apprendre vite, donc je n’ai aucune inquiétude que tout le monde va pouvoir prendre les cahiers de transition et que cela va se faire rondement. Évidemment, il n’y a pas cette mémoire institutionnelle donc cela va amener des obstacles sur notre chemin, mais je ne pense pas qu’on va avoir de problème pour les surpasser et avoir une belle année.


CHRYSTOPHE SIMARD

C’est comment être le nouveau trésorier de l’AED?

C’est clair qu’il y a beaucoup de responsabilités qui vont devenir les miennes dans les prochaines semaines. J’y pense beaucoup. Je veux m’assurer de faire une transition réussie avec Kassandra Desmarais. Je veux être certain que tout se passe dans l’ordre. Aussi, j’ai déjà commencé à discuter avec le journal Le Devoir, puis je veux commencer les démarches là-dessus le plus tôt possible pour être certain de pouvoir mettre le service sur pied dès septembre.


Qu’est-ce qui t’a initialement motivé à t’impliquer dans l’AED ?

Je trouve que l’Association étudiante de la Faculté de droit semble vraiment être une association étudiante qui est vivante, qui a une place très importante dans la vie universitaire. Ce n’est pas comme ça dans toutes les universités, dans tous les programmes, je pense. Mais ici, en voyant que l’AED a vraiment une place importante dans la vie étudiante, ça m’a donné le goût d’en faire partie et je suis vraiment content, car je trouve que je joins une super équipe.


Comment envisages-tu ton travail l’année prochaine avec les autres éluᐧeᐧs ?

Je suis certain qu’on va faire une belle équipe. Je suis impressionné du niveau des étudiants ici en général, mais aussi des gens qui ont été élus à l’AED. Ce sont vraiment des gens très sympathiques qui ont certainement beaucoup de talent qui va pouvoir servir à l’AED et j’ai vraiment hâte de commencer à travailler avec eux. Je suis certain qu’on va pouvoir faire plein de projets. Je suis certain que ça va très bien se passer.


Si tu as à prioriser une promesse ou un projet, que serait-ce?

C’est clair que l’idée du Devoir a été l’idée forte de ma campagne, donc je vais prioriser ça, d’autant plus que ça sera un projet difficile. Il va falloir travailler fort sur ça. Puis, il va falloir que je m’investisse beaucoup là-dessus dès maintenant pour que ça fonctionne, mais je suis confiant qu’on va pouvoir trouver un arrangement qui va être intéressant.


Est-ce qu’il y a une promesse d’unᐧe autre candidatᐧe que tu as bien aimée et que tu aimerais intégrer à ton travail ?

J’ai trouvé que les idées de Félix de donner la place à des gens qui sont directement représentés dans les instances, c’est vraiment un beau moyen de favoriser l’inclusivité à la faculté. J’entends faire de même quand j’aurai l’opportunité propice.


Comment te sens-tu d’avoir une équipe formée exclusivement de nouveauxᐧelles exécutantᐧeᐧs?

Je pense que c’est bien, car quand je vois le background des autres exécutants, je vois qu’on a une équipe solide. On a des gens qui se sont impliqués dans d’autres comités et qui se sont déjà présentés dans l’AED. Ce que ça veut aussi dire, c’est qu’il va potentiellement y avoir des exécutants qui vont pouvoir rester l’année prochaine, ce qui va assurer une continuité dans l’association. Finalement, les exécutants actuels de l’AED nous appuient vraiment dans le processus de transition. Ils sont d’une grande aide. Donc, ça va amoindrir du fait qu’il n’y a personne qui demeure dans l’AED cette année.


ANTOINE LEFEBVRE

C’est comment être le nouveau VP aux Affaires internes de l’AED?

Je suis reconnaissant que les étudiants m’aient donné leur confiance. Je pense que c’est le meilleur mot pour décrire comment je me sens. Quand on se présente à l’AED, c’est pour faire une différence pour les étudiants, avoir un impact positif au sein de la Faculté, donc je suis reconnaissant que les étudiants aient voté pour moi pour que je puisse amener ces changements-là en collaboration avec eux.


Qu’est-ce qui t’a initialement motivé à t’impliquer dans l’AED ?

Le slogan de ma campagne était de « faire rayonner l’implication étudiante ». Je trouve qu’à la Faculté on a plusieurs beaux comités qui ont de belles initiatives qui permettent d’explorer les diverses avenues du droit. Et même les gens qui s’impliquent à l’extérieur des comités, je trouve que c’est important de mettre ça encore plus de l’avant en diversifiant nos activités. C’était ça mon objectif d’avoir une vie facultaire diversifiée, stimulante, et qui reflète vraiment à quel point les étudiants s’impliquent pour l’améliorer.


Comment envisages-tu ton travail l’année prochaine avec les autres éluᐧeᐧs ?

D’abord, je suis très content du résultat du vote. J’ai hâte de travailler avec les autres exécutants de l’AED. Moi je vois l’AED comme un travail avec une équipe qui a un esprit collaboratif, qui nous pousse à atteindre un objectif commun qui est d’améliorer notre vie étudiante à tous. Je pense que c’est ce que je vois à l’AED. Chaque poste a des tâches bien précises, mais c’est important de travailler en collaboration et d’aller chercher les idées des autres et des étudiants surtout aussi. On n'est pas les seuls à avoir des idées pour améliorer notre Faculté.


Si tu as à prioriser une promesse ou un projet, que serait-ce?

Je pense que ça serait le calendrier des activités. Dans ma campagne, je voulais vraiment l’épurer pour le diversifier davantage. On a beaucoup d’activités cette année. Donc je veux vraiment rétablir une proportion qui est raisonnable entre les activités qui découlent de la Course aux stages puis les autres qui permettent de voir toutes les autres avenues du droit et de vraiment traiter chaque comité équitablement en agissant de cette façon-là.


Est-ce qu’il y a une promesse d’unᐧe autre candidatᐧe que tu as bien aimée et que tu aimerais intégrer à ton travail ?

Ce que Peter avait amené par rapport à la santé mentale. Il a vraiment mis cela de l’avant durant sa campagne. Je l’ai moins fait que lui, car à mon avis c’est un peu plus le travail de l’externe, mais je pense que ce serait bien dans le poste de l’interne de promouvoir la santé mentale davantage par le biais du calendrier des activités. C’est un point de ma campagne aussi de travailler avec les comités qui ne relèvent pas de l’AED, dont le PADUM. Donc je sais qu’ils font déjà la semaine de la santé mentale, mais promouvoir la santé mentale par le biais des activités, peut-être avoir un souci plus grand par rapport à ça dans nos activités l’année prochaine. Le fait de diversifier notre calendrier va peut-être permettre d’atteindre ces objectifs aussi, mais mettre un accent plus en général sur la santé mentale.


Comment te sens-tu d’avoir une équipe formée exclusivement de nouveauxᐧelles exécutantᐧeᐧs?

Peut-être que les gens pourraient dire que nous n’avons pas d'expérience dans l’AED, qu’on ne saura pas trop quoi faire, mais au contraire moi je ne pense pas que c’est un obstacle. On est tous des gens qui ont acquis de l’expérience dans d’autres milieux avant et qui vont sûrement la réinvestir dans l’AED. Puis on a une très belle transition de poste qui va se faire aussi avec les exécutants actuels. Je pense que ça peut peut-être même amener une nouvelle perspective. Des fois il y a des façons de faire qui sont ancrées et une personne qui fait l’AED deux années de suite peut avoir tendance à refléter cette pensée-là sur les autres. Au final, ça permet peut-être d’innover en ce sens-là, de laisser certaines façons de faire habituelles.


CLARA THÉRIAULT

C’est comment être la nouvelle VP aux Affaires académiques de l’AED?

Je trippe, j’ai vraiment hâte de commencer, c’est vraiment quelque chose que je voulais faire. Je ne vais pas mentir, j’aurais été déçue de ne pas gagner. Quand j’ai vu les résultats et que j’ai réalisé que j’avais gagné, j’étais en cours de droit pénal avec Anne-Marie Boisvert et j’ai crié! Je suis allée m’excuser à la pause! Mais vraiment, j’ai trop hâte de commencer, je me sens prête.


Qu’est-ce qui t’a initialement motivée à t’impliquer dans l’AED ?

En fait, au primaire, au secondaire et au cégep, je ne me suis pas vraiment impliquée. Je faisais mes petites affaires puis je retournais chez moi. Mais là, à l’université, il y a tellement d’opportunités d’implication, je me suis dit que c’était ma chance de faire une différence, donc je me suis lancée avec le poste de Représentante académique et j’ai vraiment aimé ça, alors cette année, je me suis dit let’s go, on le fait à plus grande échelle.


Avec l’AED, j’ai vraiment l’impression que je peux aider le plus grand nombre de personnes à la Fac. J’ai vu le poste et je me suis dit que j’allais me lancer.


Comment envisages-tu ton travail l’année prochaine avec les autres éluᐧeᐧs ?

Je suis vraiment pour le travail d’équipe, la collaboration. Plus on est de têtes, plus on a d’idées, plus on est efficaces. Je compte aussi travailler en étroite collaboration avec les Représentants académiques de deuxième et de troisième année, parce que plus on est de personnes-ressources, plus on peut aider un grand nombre de personnes en moins de temps.


Aussi, je n’ai pas peur de dire ce que je pense. Tout peut se dire, mais il y a une manière de le dire. Si j’ai une idée ou si je suis en désaccord, je ne vais pas hésiter à le dire, même si ça ne relève pas de mon poste. Je vais être bien franche, la trésorerie, je ne comprends pas grand-chose aux finances, mais s’il y a quelque chose, je ne vais pas m’empêcher de partager mon opinion.


Si tu as à prioriser une promesse ou un projet, que serait-ce?

Il y en a deux, mais ma priorité, c’est le Wifi. Depuis que je suis entrée à l’université, je ne suis pas capable d’avoir une connexion Internet stable. On a fait un cours bimodal en responsabilité civile, le Zoom a fermé quatre fois, on a perdu l’enregistrement du cours et ça a causé beaucoup de problèmes. Pendant les examens des fois ça shut down, puis il faut écrire à la main… En 2022, dans une université prestigieuse comme l’Université de Montréal, et avec les frais de scolarité importants qu’on paie, ça serait la moindre des choses que l’on ait une connexion Internet stable! Alors, je ne lâcherai pas le morceau tant qu’on n’aura pas un Wifi adéquat.


Ma deuxième priorité c’est les notes et leur système de publication, et qu’il y ait un délai maximum à respecter pour la remise des notes. Services Droit, honnêtement… qu’est-ce que c’est que ça… c’est dégueulasse. On n’a même pas les chiffres pour savoir nos examens sont notés sur combien! On voit 26, oui, mais 26 sur 100? 26 sur 30? 26 sur 40? J’ai eu un examen intra le 24 février, de six questions, et on n’a pas encore nos notes. Ce n’est pourtant pas la chose la plus longue à corriger.


Alors oui, ce sont les deux points que je vais prioriser, sur lesquels je vais foncer direct.


Est-ce qu’il y a une promesse d’unᐧe autre candidatᐧe que tu as bien aimée et que tu aimerais intégrer à ton travail ?

Honnêtement, les autres filles m’ont fait de la très bonne compétition. La course était serrée. Peu importe qui allait être élue, l’AED allait être entre bonnes mains et les filles auraient aussi fait un excellent travail. Ma mémoire me fait défaut, je ne me souviens plus qui l’avait proposé, mais l’une d’entre elles avait proposé de favoriser les examens à livre ouvert, ce qui rejoint ma promesse de promouvoir l’enseignement pratique.


Le domaine du droit c’est très pratique, et l’enseignement théorique, ça ne représente pas la profession. Un enseignement magistral de trois heures sans support visuel, ce n’est pas propice à l’apprentissage. Surtout que c’est de la matière qui est complètement nouvelle pour nous. Pour moi, le droit administratif, c’est comme apprendre les chiffres en première année! C’est quelque chose de nouveau et bien qu’on soit des adultes, ce n’est pas une raison de nous lancer dans la piscine et de nous dire « Nage! ». Aussi, apprendre par cœur, ce n’est pas très efficace. Littéralement, on retient l’information juste pour la vomir par la suite sur papier. De pouvoir consulter nos notes, ça nous permet aussi de réduire le stress lié aux évaluations, sans pour autant réduire le temps d’étude qu’on y met.


La liberté académique sera peut-être un frein pour ça, mais bon, c’est toujours à voir avec le décanat.


Comment te sens-tu d’avoir une équipe formée exclusivement de nouveauxᐧelles exécutantᐧeᐧs?

Je comprends que ça peut être rassurant pour le corps étudiant que leur association étudiante soit composée de personnes avec de l’expérience. Mais honnêtement, je ne suis vraiment pas inquiète. Le prochain exécutif aura tout le soutien de l’exécutif sortant, on ne sera pas laissés à nous-mêmes. Aussi, tous les élus ont des expériences antérieures d’implication à la Faculté. Quand même, l’erreur est humaine et on est nouveaux là-dedans, mais honnêtement, je ne suis vraiment pas inquiète. On est une belle gang, et j’ai hâte de commencer à travailler avec eux.


VICTORIA AUBRE

C’est comment être la nouvelle VP aux Communications de l’AED?

Je suis tellement contente. Je suis une personne qui adore s’impliquer et je voulais vraiment redonner à la communauté.  J’ai hâte d’entamer ce nouveau défi avec mes magnifiques collègues.


Qu’est-ce qui t’a initialement motivée à t’impliquer dans l’AED ?

Je voulais vraiment m’impliquer au maximum pour ma troisième année, on a manqué un peu cette chance en deuxième année, surtout avec la pandémie. J’avais le goût d’essayer quelque chose de nouveau. L’AED est tellement central à la Faculté et j’ai voulu rendre ça le plus accessible et inclusif possible pour l’année prochaine.


Pourquoi ce poste ?

Par mon expérience, c’était le meilleur poste pour moi, puisque je l’ai fait pour deux autres comités. Je suis tombée en amour avec les communications, et je trouve que c’est le poste à travers lequel t’es vraiment en contact constant avec les étudiants.


Comment envisages-tu ton travail l’année prochaine avec les autres éluᐧeᐧs ?

L’initiative principale de tout le monde est partagée, c’est de faire de l’AED un espace ouvert, inclusif, et accessible à tous. Une de mes collègues a parlé de politique de porte ouverte, et on va surtout tous l’appuyer là-dedans. On veut vraiment que la porte soit ouverte à tous, et que tout le monde puisse venir chiller dans l’AED. Plus personnellement, je veux rendre les communications le plus inclusives que possible. J’aimerais offrir des formations sur l’écriture épicène aux VP communications de tous les comités et rendre les évènements plus accessibles. On sait qu’il y a de gros problèmes d’accessibilité pour certains évènements qui sont sold out trente secondes après et c’est toujours les mêmes personnes qui y participent. J’ai un plan pour régler ce problème-là et je suis pas mal sûre que mes collègues vont m’appuyer là-dedans. Pareillement, je vais les appuyer dans leurs initiatives. Je trouve que tout le monde a de belles initiatives et on reste super ouverts aux suggestions et idées des étudiants.


Si tu as à prioriser une promesse ou un projet, que serait-ce?

Définitivement l'accessibilité aux évènements. C’est un problème qui touche beaucoup de comités. Je veux m’assurer que tout le monde puisse participer également à la vie facultaire et aux activités offertes par les différents comités. Mais c’est difficile de choisir, tous les enjeux me paraissent importants.


Est-ce qu’il y a une promesse d’unᐧe autre candidatᐧe que tu as bien aimée et que tu aimerais intégrer à ton travail ?

J’aime beaucoup l’idée de mon collègue Frédéric qui s’occupera de la vie étudiante de rendre les activités d'accueil plus accessibles à tous en faisant des activités plus diversifiées. C’est beaucoup axé sur le party et l’alcool en ce moment et ce n’est pas tout le monde qui est touché par ça, donc je trouve que c’est une bonne initiative de faire des activités qui vont aller chercher plus de personnes, sans pression.


Comment te sens-tu d’avoir une équipe formée exclusivement de nouveauxᐧelles exécutantᐧeᐧs?

Je me sens confiante et je pense que ça va bien se passer. On est tous des gens persévérants qui ont la vie étudiante à cœur, et on va vraiment faire tout notre possible pour livrer le travail et répondre aux besoins des étudiants. Je pense qu’on a un bon leader en place, Firas, oui nouvellement élu, mais qui a assisté aux conseils de l'AED tous les lundis, il sait vraiment comment ça fonctionne, donc on a un bon encadrement à ce niveau-là. Oui, on est nouvellement élus, mais on a tous un background dans l’implication à la Faculté et je crois qu’on va faire un bon travail ensemble.


FÉLIX HUOT-RICHER

C’est comment être le nouveau VP aux Affaires externes de l’AED?

Je dirais que le premier mot qui me vient c’est reconnaissance, je suis reconnaissant que les étudiants me fassent confiance. Je pense que c’est un poste qui est bien fait pour moi dans le sens où ça faisait un bout que je voulais faire quelque chose de plus social, être plus impliqué à ce niveau-là, mais je n’avais pas de rôle concret. Enfin, je peux m’aventurer un peu plus dans la mobilisation étudiante, alors je suis bien content.


Qu’est-ce qui t’a initialement motivé à t’impliquer dans l’AED ?

Je dirais que c’était vraiment ma volonté de redonner. J’ai trouvé que même si on avait fait une sorte de rentrée en ligne, y’a quand même un sentiment d’appartenance fort à la fac. J’aimerais contribuer à ce que ça se perpétue, d’autant plus qu’on est maintenant en présence, je pense que ça sera encore plus facile.


Comment envisages-tu ton travail l’année prochaine avec les autres éluᐧeᐧs ?

On n’a pas encore eu le temps de faire une réunion officielle, mais j’ai des collègues qui sont extraordinaires. Tout le monde a fait de bonnes campagnes, et c’est ce qu’on se disait pendant les élections. Peu importe le mix, on aurait eu une AED ultra-compétente, donc j’étais quand même content de voir les élections. Je pense qu’on a des collègues qui ont déjà des antécédents d’implication facultaire, dans le sens où même si on n’a pas d’anciens de l’AED qui restent à l’AED, on a quand même des connaissances du fonctionnement de la Faculté à l’intérieur de l’équipe.


Si tu as à prioriser une promesse ou un projet, que serait-ce?

Le point central l’année prochaine ça va être d’essayer de se mobiliser plus pour le désinvestissement. Je sais que c’est un projet qui est vraiment plus gros que d’une part mon poste, mais encore plus que notre propre association. Ça va vraiment au-delà de ce que nous on est, mais je pense que si on peut contribuer un peu plus, d’autant plus qu’on a des partenaires financiers importants, je pense qu’on peut faire des pressions considérables. J’espère vraiment qu'on va pouvoir aider. L’Université est censée faire des promesses de désinvestissement d’ici la fin de la session, mais tant que ce n'est pas fait concrètement, il va falloir continuer de faire pression sur l’institution.


Est-ce qu’il y a une promesse d’unᐧe autre candidatᐧe que tu as bien aimée et que tu aimerais intégrer à ton travail ?

La cause des violences à caractère sexuel. C’est inconcevable que dans une fac de droit ça se passe encore, c’est vraiment la plus grosse dichotomie qui peut exister. Je pense qu’il faut qu’on agisse, et même si ça ne fait pas explicitement partie de mes tâches, c’est la responsabilité de tout le monde.


Comment te sens-tu d’avoir une équipe formée exclusivement de nouveauxᐧelles exécutantᐧeᐧs?

Ça fait un peu peur dans le sens qu’on va se jeter dans le vide, mais la plupart des gens avaient déjà eu des implications et je pense qu’on a quand même une bonne relation avec les exécutants actuels. Firas, par exemple, celui qui a été élu président, a beaucoup assisté aux CA, et il a vraiment une bonne relation avec les gens de l’AED actuellement. Je pense que ça va faciliter la transition.


LINDA PASCALINE NIZEYIMANA

C’est comment être la nouvelle VP au Développement de carrière de l’AED?

Honnêtement, c’est quand même très excitant. C’est un poste que j’avais toujours en tête parce que j’ai été dans le Comité Perspectives, donc déjà là j’avais un intérêt pour regarder les différentes carrières que le bac en droit peut donner aux étudiants. Aussi, j’ai été paire aidante au PADUM, donc je connaissais les différentes inquiétudes des étudiants. Ce qui revenait toujours comme inquiétude, c’est qu’ils ne savaient pas à quoi s’attendre après leur bac en droit. Je savais qu’avec ce poste j’allais pouvoir donner des idées aux étudiants sur quoi s’attendre comme carrière en droit. Je voulais aussi rendre le processus de la Course moins stressant pour les étudiants. Je savais que j’allais avoir des défis, mais c’était des défis que j’étais prête à avoir, nécessairement.


Qu’est-ce qui t’a initialement motivée à t’impliquer dans l’AED ?

Je dirais qu’il y a deux choses : mes collègues de l’AEND, et vous, Le Pigeon dissident. À l’AEND, on a beaucoup parlé de la diversité au sein de la faculté, on a parlé du fait qu’il manquait de diversité dans les membres de l’AED. On s’est dit qu’il faudrait qu’un membre d’entre nous postule pour l’AED pour avoir une certaine diversité et mettre plus en avant certains enjeux et les gens issus de la diversité. C’est aussi à cause de votre édition La Faculté sous la loupe. Quand je l’ai lu, j’étais comme oh my god okay, ce n’est pas juste moi qui ai ces sentiments. Je ne dirais pas que je suis d’accord avec tout, mais quand même c’est intéressant de voir l'aperçu des autres étudiants. Je sais que si j’étais membre de l’AED, j’aurais fait mon possible pour ne pas faire sentir les étudiants de cette manière. J’ai remarqué qu’il y avait du changement à faire et que je serais prête à pouvoir y contribuer.


Comment envisages-tu ton travail l’année prochaine avec les autres éluᐧeᐧs ?

Je suis quand même très excitée de travailler avec les autres élus. On a déjà fait un groupe Facebook, donc je sais déjà que l’énergie va être très positive. Les gens vont tous avoir un certain intérêt commun, que ça soit par exemple par rapport à nos mandats. Il y a beaucoup de gens qui ont fait de la sensibilisation par rapport à la santé mentale, par rapport à créer un environnement plus inclusif au sein de l’AED, etc. Toutes nos idées se rejoignent beaucoup et peuvent facilement être conciliées ensemble. Je pense que ça va bien aller, je vais découvrir de nouvelles personnes et ça m'excite.


Si tu as à prioriser une promesse ou un projet, que serait-ce?

Mettre à l’avant les différents chemins, parcours de carrière. Je sais qu’une des grosses difficultés à la Faculté de droit de l’UdeM, c’est qu’on a juste la visibilité d’un parcours académique professionnel, qui est de passer à travers la Course aux stages et d’avoir son stage. Mon but est de donner un peu plus de visibilité aux autres parcours professionnels accessibles aux étudiants, qu’ils souhaitent pratiquer le droit ou pratiquer une autre profession. Je dirais aussi faire la promotion de la diversité, c’est quelque chose qui est très important pour moi.


Est-ce qu’il y a une promesse d’unᐧe autre candidatᐧe que tu as bien aimée et que tu aimerais intégrer à ton travail ?

J'ai bien aimé la promesse de Rose-Marie Gaudet, la prochaine vice-présidente aux relations professionnelles, de vouloir équilibrer la visibilité des grands cabinets et des petits et moyens cabinets ainsi que des OBNL. Cette promesse s'harmonise bien avec mon but de vouloir promouvoir la diversité de carrières juridiques après le baccalauréat en droit. On va pouvoir rendre plus visibles les autres parcours professionnels accessibles aux étudiants en droit.


Comment te sens-tu d’avoir une équipe formée exclusivement de nouveauxᐧelles exécutantᐧeᐧs?

Je trouve ça très excitant. Le rôle de la présidence, c’est la première fois que c’est une personne qui n’était pas membre de l’AED avant qui a ce poste, mais après avoir vu la campagne de Firas, je suis très confiante qu’il sait à quoi s’attendre. Je sais très bien que ça va bien se passer par rapport à comment il va gérer ses différentes tâches.

J’ai l’impression que les membres de l’AED actuelle vont quand même bien nous guider sur quoi nous attendre.


Il y aura beaucoup de nouveautés, mais ça va être une aventure et je suis prête à embarquer avec les autres membres.


ROSE-MARIE GAUDET

C’est comment être la nouvelle VP aux Relations professionnelles de l’AED?

Je suis contente parce que c’est un poste qui m’intéresse beaucoup et je pense que c’est un poste dans lequel je vais bien réussir. J’admire beaucoup Gabrielle Lavallée et juste de pouvoir continuer son travail me rend vraiment contente. Il y a cet aspect-là, mais je pense que la nouvelle équipe de l’AED est vraiment super. On ne se connait pas super bien, mais j’ai hâte d’avoir la chance de faire ça avec eux.


Qu’est-ce qui t’a initialement motivée à t’impliquer dans l’AED ?

Je pense que j’ai toujours admiré les gens qui font l’AED. J’ai toujours trouvé que cette implication ce n’était pas rien quand même. Mais je pense que j’avais vraiment envie de donner à la communauté étudiante qui m’a beaucoup apporté dans les dernières années. Actuellement, je suis dans le CAF, qui est une expérience que j’aime vraiment, mais je pense que j’avais envie de pousser aussi mon expérience d’implication un peu plus loin et je pense que c’est l’AED qui est le mieux pour moi. Je pense que ce poste-là me parlait beaucoup parce que j’ai fait beaucoup d’activités de réseautage, puis en ayant participé à ce genre d’activités là, puis en ayant participé à des événements autres organisés par la communauté étudiante, j’ai réalisé à quel point c’était important les commandites et ça m’a poussée à me présenter au poste et j’ai vraiment super hâte de pouvoir faire ça l’année prochaine.


Comment envisages-tu ton travail l’année prochaine avec les autres éluᐧeᐧs ?

Pour vrai, je suis vraiment contente de l’équipe qu’on a. Faire partie de l’AED c’est un travail qui est intense, mais je suis prête à le faire. Puis on a déjà commencé un peu à se parler et en ce moment j’aime vraiment tout le monde qui a été élu. Toutes les personnes qui se présentaient en tant que candidat ou candidate, c’était vraiment une belle gang et j’aurais été honorée de travailler avec n’importe quelle de ces personnes-là. Je n’avais pas de peur ou d’appréhensions. Je me disais que n’importe quel élu me plairait. C’est un gros travail, mais je suis quelqu’un qui aime ça travailler en équipe et c’est un plus si on s’entend bien avec cette équipe. Mon but cet été est de continuer à parler à ces gens-là pour apprendre à les connaître, comme ça quand on arrive dans le feu de l’action on est déjà plus proches et soudés. Je pense que ça fait toute la différence. L’AED actuellement je pense que ça fait vraiment un gros groupe qui s’entend bien et je pense que ça se laisse transparaître.


Si tu as à prioriser une promesse ou un projet, que serait-ce?

Je pense que le travail le plus important à faire dans mon futur poste est de revisiter la politique des commandites. C’est important d’entendre ce qui a été dit et les critiques qui ont été faites. C’est ça que je m’engage à faire. C’est sûr que j’ai d’autres idées qui sont plus ludiques et qui touchent moins au cœur des grands cabinets, mais je pense que c’est une question qui est importante à régler ou baliser, donc je m’engage avec le CVSG, et je pense qu’il y aura un nouveau comité pour encadrer les commandites des grands cabinets. C’est quelque chose que je ne prends pas à la légère. Je veux être à l’écoute pour qu’on trouve des solutions et un équilibre.


Est-ce qu’il y a une promesse d’unᐧe autre candidatᐧe que tu as bien aimée et que tu aimerais intégrer à ton travail ?

Je pense que chaque campagne était vraiment excellente. C’était vraiment de la bonne qualité. Ce n'est pas quelque chose que je pourrais vraiment intégrer, mais l’idée que j’ai vraiment aimée c’est l’idée de Chrystophe Simard. C’est une idée qui était inusitée et j’ai trouvé que c’était vraiment super. Je pense qu'on ne peut jamais en savoir trop sur l’actualité et le monde qui nous entoure et Le Devoir c’est un journal envers lequel j’ai beaucoup de respect. C’était vraiment une idée qui est sortie du lot. Mais c’est dur de choisir une idée, il y en avait plein et j’étais vraiment impressionnée.


Comment te sens-tu d’avoir une équipe formée exclusivement de nouveauxᐧelles exécutantᐧeᐧs?

C’est sûr qu’il y a quelque chose de nouveau là-dedans, et qu’au départ on va tous être un petit peu incertains de ce qu’on fait, mais je pense que ça se règlera vraiment facilement. Je ne suis pas non plus inquiète pour le futur. On a déjà commencé à parler aux membres de l’AED actuelle donc c’est sûr qu’il y aura des situations inconnues parce qu’on l’a pas nécessairement vécu cette année. Mais je pense qu’on est bien outillés et qu’on a vraiment une bonne relation avec la gang actuelle. Je pense qu’eux vont vraiment nous épauler là-dedans et dire le plus possible quoi faire pour que ça se passe bien. Le fait d’avoir une bonne relation va nous permettre de rester en contact. Mais je pense qu’on a tous vraiment pris le temps de regarder les tâches de notre poste puis on a pris le temps de parler avec l’exécutant actuel pour mieux comprendre les enjeux du poste. Donc je pense qu’on est tous et toutes préparés. J’ai des appréhensions, mais je me sens prête à relever le défi et je n’ai pas non plus peur. Je pense que ça sera une belle expérience !


FRÉDÉRIC LAFOND

C’est comment être le nouveau VP à la Vie étudiante de l’AED?

Je suis très content, c’est un vraiment beau projet. L’an prochain, il y a beaucoup de défis qui vont être liés à la vie étudiante. Ça fait deux ans que la vie étudiante n’est plus comme avant et qu’on a beaucoup d’activités à distance, mais depuis cette semaine (14 mars 2022), on peut recommencer à faire des demandes de permis d’alcool au Café Acquis. On pourra réinstaurer cette culture de vie étudiante et on aura la possibilité de faire d’autres activités et des soirées ludiques : j’ai envie que l’école soit à nouveau pas juste des gros partys de temps en temps, les études et des conférences, mais aussi un milieu de vie où on peut s’amuser.


Qu’est-ce qui t’a initialement motivé à t’impliquer dans l’AED ?

Je ne me serais pas vu faire d’autres postes. Les comités, c'est quelque chose que j’ai beaucoup aimé cette année, mais les autres postes manquaient d’aspect créatif. Je me suis impliqué parce que l’organisation d’activités, ça me passionne : mes deux postes dans les comités cette année c’est de la planification d’activités, et ça me fait énormément plaisir de voir des gens avoir du plaisir. Je pense que je serais capable de faire quelque chose de bon, de ramener quelque chose de fun en personne, en y ajoutant ma touche personnelle. Puisque ça fait deux ans qu’on est à distance, on a un peu perdu l’habitude de faire certaines choses. Donc je vais essayer d’introduire de nouvelles activités, qui vont peut-être devenir de nouvelles traditions en plus d’en reprendre certaines qui ont toujours été faites.


Comment envisages-tu ton travail l’année prochaine avec les autres éluᐧeᐧs ?

Ça reste un beau défi. Ce ne sont pas des personnes que je connais beaucoup à la base. Apprendre à travailler ensemble ça sera vraiment intéressant, ce sont des personnes qui sont motivées et c’est ce qui est important pour moi. J’ai hâte d'apprendre à les connaître, de passer du temps avec eux. Je ne suis pas inquiet qu’au final, on fera une bonne équipe.


Si tu as à prioriser une promesse ou un projet, que serait-ce?

Les promesses touchant les violences à caractère sexuel, c’est ce qui est le plus important pour moi. Je veux essayer de changer cette culture du machisme dans notre société en amenant des formations en personne que tellement d’organismes offrent, et rendre cela obligatoire. Comme Faculté, on a les moyens de le faire, on est des gens overachiever, donc si l’université ne le fait pas, on va le faire.

J’aimerais aussi proposer des activités décontractées, même si c'est aussi simple que, par exemple, un tournoi de ping pong un midi. On n’a pas besoin de toujours inclure un party le soir.


Est-ce qu’il y a une promesse d’unᐧe autre candidatᐧe que tu as bien aimée et que tu aimerais intégrer à ton travail ?

J’ai beaucoup aimé la promesse sur l’abonnement au Devoir, même si je ne peux pas trop l’intégrer à mon travail. Sinon, Rose-Marie et Antoine ont proposé la diversification des activités et des formations contre les violences à caractère sexuel provenant d’organismes en milieu communautaire. Ce sont des initiatives qui vont bénéficier aussi à changer la culture de la vie étudiante, notamment en éduquant mieux par rapport aux violences à caractère sexuel, ce que les étudiants cherchent de plus en plus. On pourrait d’ailleurs demander à des plus gros cabinets, qui ont ces fonds-là, de financer ce genre d’initiatives. Ce serait une façon pour eux de se démarquer en montrant qu’ils peuvent aussi être impliqués dans leur communauté et qu’ils supportent différentes initiatives communautaires.


Comment te sens-tu d’avoir une équipe formée exclusivement de nouveauxᐧelles exécutantᐧeᐧs ?

On va pédaler fort, mais on va y arriver. J’ai confiance, on est tous des gens débrouillards.


As-tu quelque chose à ajouter ?

L’an prochain, on fait la paix des braves, il n’y a plus de beef entre l’AED et Le Pigeon.


PHILIPPE CLÉMENT

Finalement, Le Pigeon s’est aussi entretenu avec Philippe Clément, nouveau président du CVSG qui s’est dit touché par la marque de confiance provenant des étudiantᐧeᐧs pour l’élection de ce nouveau mandat. Il envisage son nouveau rôle comme étant un conseiller auprès de l’AED et de ses pairs du CVSG, mais également un leader qui saura assurer le fonctionnement et la réalisation des projets et idées qui lui sont soumis.


L’un des projets qu’il souhaite mettre de l’avant durant son prochain mandat, suite à une lettre qu’il a signée dans Le Pigeon dissident à la session dernière, est de mieux encadrer la gestion des commandites dans le but de donner la place à d’autres cabinets que les cabinets de la Course, une idée qui a été présentée à l’assemblée générale en hiver et qu’il aimerait concrétiser. De plus, il espère mieux définir et encadrer la relation AED-CVSG, afin que ce dernier organe puisse atteindre son potentiel de maturité, de façon à mieux arrimer ces deux groupes qui occupent tous deux un poste de représentation auprès des étudiantᐧeᐧs en droit. Finalement, il souhaite créer un comité d’accueil composé de membres du CVSG pour mieux encadrer et intégrer les prochainᐧeᐧs REPACS de première année, et pour qu’ils puissent mieux comprendre le fonctionnement de l’AED et du CSVG puisqu’ils deviennent automatiquement membres du CVSG à la suite de leur élection en tant que REPACS.