Portrait%20sans%20photo_edited.jpg

Entrevue avec le gérant du café Acquis de droit

Auteur·e·s

Hugo Lefebvre

Publié le :

2 novembre 2021

Dans le cadre de la réouverture du café Acquis de droit, Le Pigeon dissident est allé discuter quelques minutes avec le gérant du café, Jeremy Dinh, à propos des changements qu’a subis le café et des nouveautés à venir.

« Tout a changé. On est rendus beaucoup plus efficaces. On s’est concentrés sur le design pour avoir une bonne coquille, pour pouvoir grandir avec les étudiant·e·s. » - Jeremy Dinh, Gérant du café Acquis de droit

press to zoom

press to zoom

H.L.: Premièrement, commençons par l’ouverture du café! Pourquoi est-ce que le café n’a ouvert qu’à la mi-session finalement ?


J.L.: Parce qu’il y a eu des délais de rénovations. Le chantier a connu beaucoup de problèmes, donc nous avons eu des délais importants avec la construction de notre café, que ce soit le plancher, le mur, le mobilier en ébénisterie; on a eu des problèmes partout. En fait, on devait ouvrir pour la rentrée, c’était notre but, mais on a dû ouvrir maintenant finalement. Et même maintenant, on ne vient de compléter que la phase 1. Pour la session d’hiver, on va compléter la phase 2.


H.L.: Et en quoi consistera la phase 2? Si ce n’est pas trop révéler de surprises…


J.D.: J’ai le set de caisses, changer le mobilier, rajouter le mobilier dans le fond du café. Nous aurons deux petits salons. Il y aura aussi quelques petits fine tuning du café.


H.L.:  Super ! Et à ce jour, pour les étudiant·e·s qui n’ont pas encore eu le temps de voir le café, qu’est-ce qui a changé ?


J.D.: Tout a changé. On est rendus beaucoup plus efficaces. On s’est concentrés sur le design pour avoir une bonne coquille, pour pouvoir grandir avec les étudiant·e·s.


H.L.: Et quant au menu, qu’est-ce qui a changé ou qui va changer ?


J.D.: Rien ne va changer. Vu qu’on connait une ouverture progressive, ça va rentrer au fur et à mesure le temps que nos équipements soient à point. Ça fait plus d’un an que nos équipements sont en stand-by. Il y a beaucoup d’amour et d’entretien qu’il faut faire. On est en train de les arranger un à un le plus rapidement possible.


H.L. Yes ! Donc dans combien de temps les étudiant·e·s pourront-ils avoir leurs bagels au saumon fumé ?


J.D. Le plus tôt possible ! Dès que mon frigo en arrière est prêt et qu’on pourra garder le fromage à la crème et tout ce qui est réfrigéré, on est en business. On aura aussi des nouveautés, mais ça je les garderai en primeur pour quand on va les faire. Il y a plein de choses qui s’en viennent.


H.L. Super ! Et au fond, pour changer un peu de sujet, c’était quoi l’idée derrière la rénovation du café Acquis ?


J.D. Faire peau neuve pour rejoindre tous les besoins de la communauté étudiante. Pour qu’on soit aussi plus efficaces et plus rapides. Avant, on était vraiment très achalandés et le service était toujours moins rapide à cause du grand nombre de personnes. Maintenant, on serait capable d’accueillir tout le monde sans avoir autant d’attente.


H.L. Intéressant … En quoi est-ce que ça a changé par rapport à l’achalandage?


J.D.: Ce qui a amélioré notre qualité de service, c’est vraiment notre configuration des frigos, des caisses, l’ajout d’un backstore. Ça va juste aider pour tout : les commandes, les coûts, pas mal l’ensemble des opérations.


H.L. Je vois. Et pour ce qui est des règles sanitaires, comment est-ce que c’est de gérer le café en période de pandémie?


J.D.: Je vous dirais qu’on est très à l'affût de toutes les dernières consignes. On reçoit les nouvelles par la sécurité publique, entre autres. Les personnes en charge de la Direction de la prévention et de la sécurité sont venues nous consulter. On a aussi tous nos permis avec la MAPAC. On est vraiment à jour sur tout ce qui est règlements sanitaires, permis et certificats vu qu’on est la COOP de droit. Comparés à d’autres cafés, je dirais qu’on a plus de facilité à être en règle. Pour l’instant, il y aura des allègements le premier novembre et le premier décembre. Donc on verra en temps et lieu. Mais à partir du premier novembre, on pourra rajouter une autre rangée de tables. C’est une bonne nouvelle pour les étudiant·e·s. Mais le premier décembre, ils vont aussi augmenter la capacité maximale pour les rassemblements. Déjà là, ce sont deux bonnes nouvelles pour le café!


H.L. Super ! Finalement, aurais-tu une chose à dire aux étudiant·e·s par rapport au café ?


J.D. Venez en grand nombre ! On est là pour vous accueillir. On est prêts pour la demande des assos. On est prêt pour revenir comme avant. Et quand vous sentirez les bagels dans les couloirs de la faculté, ça sera signe qu’on est pas mal repartis dans nos vieilles habitudes!