Portrait%20sans%20photo_edited.jpg

Devenir la meilleure version de soi-même

Auteur·e·s

Ariane Boyer

Publié le :

4 février 2021

Dans le cadre de la semaine de l’implication féminine, Ariane Boyer, la vice-présidente aux affaires internes de l’AED, a cru important de mettre en valeur certaines personnalités de la Faculté qui se sont démarquées par leurs implications significatives et soutenues. Voici le septième des dix portraits qui seront publiés tout au long de cette semaine. Bonne lecture!


Ariane Boyer : Peux-tu nous parler un peu de tes différentes implications?


Jillianne Gignac : J’ai commencé à m’impliquer plus sérieusement en arrivant à l’université. Ma première expérience fut en tant que Représentante sociale pour ma section, ce qui m’a permis de mettre en valeur les gens de la section B par le biais de portraits - projet que j’ai élargi pour l’ouvrir à tous.tes les étudiant.e.s. Cela fait aussi maintenant deux ans que je suis membre du Comité des arts (CAF). Mon intérêt pour les arts m’a justement inspirée à co-fonder et à co-organiser la soirée caritative espace5 qui vise à unir le milieu juridique et celui des arts pour la cause de la santé mentale.


AB : Qu’est-ce que ces expériences t’ont apporté?


JG : D’abord, je dirais que j’ai gagné de la confiance en moi, mais aussi en le potentiel de mes idées, ainsi qu’en ma capacité à rassembler les gens autour de mes projets. Mes implications m’ont aussi permis de travailler sur mon impatience, car je suis quelqu’un qui aime avoir des résultats immédiats. Ensuite, en travaillant au sein de différentes équipes, j’ai été confrontée à une variété d’opinions qui ont non seulement contribué au succès de mes projets, mais qui m’ont aussi permis d’améliorer mon ouverture d’esprit. Bref, j’ai constaté que j’étais résiliente et qu’avec un peu de courage, d’efforts et de passion, tout est possible!

Les arts, la planification et l'événementiel sont ce qui me pousse à devenir la meilleure version de moi-même.

Jillianne Gignac
Jillianne Gignac

Gracieuseté de Jillianne Gignac

Logo - espace5
Logo - espace5

Prise sur l'événement Facebook

Somme récoltée par Comité Droit et Sports
Somme récoltée par Comité Droit et Sports

Don remis à la Fondation Laurent Duvernay-Tardif

Jillianne Gignac
Jillianne Gignac

Gracieuseté de Jillianne Gignac

AB : En regardant ton profil, on ne tarde pas à remarquer plusieurs implications dans le monde des arts et des communications. Qu’est-ce qui t’attire de ces domaines? 


JG : Les arts, la planification et l'événementiel sont ce qui me pousse à devenir la meilleure version de moi-même. Ce sont des domaines en constante évolution et qui offrent une place à toute personne qui n’a pas peur d’innover en plus d’être prête à se surpasser. Quand je m’embarque dans des projets reliés aux arts ou aux communications, j’ai toujours envie de donner plus!


AB : As-tu déjà senti que tu devais traverser des obstacles parce que tu étais une femme?


JG : J’ai tendance à ne pas me comparer aux autres. Les hommes ne sont pas un obstacle pour moi ou du moins pas en raison de leur genre. J’ai confiance en mon propre potentiel et je ne me laisse pas marcher sur les pieds lorsque j’ai une idée en tête : je n’ai pas peur de prendre la parole en public pour défendre mes intérêts et ceux de mes collègues. Même si j’ai toujours été différente à l’école quand j’étais plus petite en raison de mon origine chinoise, les gens n’ont pas eu le choix de s’adapter à moi. Et dans tous les cas, j’utilise mon statut de femme à mon avantage : c’est une force d’être une femme!


AB : Que te réserve l’avenir? Your next move?


JG : Je suis encore en dilemme pour le Barreau, car j’aimerais faire un MBA ou un DESS en marketing ou en relations publiques… Mais je me trouve encore jeune, je passe à côté de tant de connaissances si je ne complète qu’un seul bac; des études m’attendent, mais je ne sais pas encore où, quand, comment. Niveau implication, j’aimerais laisser ma place à la relève, car j’ai de nouveaux projets qui m’attendent. Ne soyez pas surpris si vous me voyez faire de l'événementiel ou partir une start-up!


AB : Un mot d’encouragement pour les personnes ou les femmes qui hésitent à s’impliquer?


JG : On se met beaucoup de pression à l’idée de s’impliquer. Je l’ai fait parce que ça m'allumait, mais les femmes n’ont pas à se prouver! Si tu en as envie, fais-le! Mais assure-toi de le faire pour ton développement personnel et non pour répondre aux attentes déformées de la société. Justement, j’ai eu tendance par le passé à miser sur la quantité plutôt que la qualité : ne fais pas ça. Fonce dans les projets qui te passionnent!